Quant un ex Vice-Président de l’ONCFS fusille une aigrette garzette (espèce protégée) et écope d’un... simple rappel à la loi !



JPEG - 14 ko
Pour les confondre, il faut avoir de la peau de saucisse sur les yeux !

C’est une bien curieuse affaire mais symptomatique et révélatrice de la (non) mise en œuvre de la défense de la biodiversité en France dans les actes publics qu’à révélé le dernier Canard Enchainé du 11 septembre 2019.

Avril 2019, dans l’Ain, des inspecteurs de l’environnement de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) surprennent au bord d’un étang des Dombes un individu qui abat d’un coup de fusil une Aigrette garzette (Egretta garzetta), espèce protégée. L’homme dépose ensuite le cadavre de l’oiseau dans le coffre de son véhicule.

Contrôlé, il s’avère que les agents de l’ONCFS ont à faire à un certain Gilbert LIMANDAS, agriculteur pisciculteur, qui était aussi jusqu’en février 2019 deuxième Vice-Président de ladite ONCFS ; Il s’agissait en quelque sorte un peu de leur patron et pas de n’importe qui : l’interpellé était aussi un ancien Président de la chambre d’agriculture de l’Ain et également ancien administrateur de la FNSEA.

Peau de saucisse sur les yeux ?

Pour sa défense le fusillot aurait prétendu avoir tiré sur un cormoran : pourtant ce dernier est tout noir alors que l’aigrette garzette est blanche ! Elle est d’ailleurs communément appelée Héron blanc !

Les agents ont fait leur travail et transmis leurs procès-verbaux au procureur de la République. Celui-ci a classé l’affaire sans suite le 19 août 2019 après un simple rappel à la loi !

On ignore si ce rappel a été précédé d’une expertise... ophtalmologique.

Un conseil, dans les Dombes ne vous promenez plus autour de certains étangs !