Le comté pollueur des rivières comtoises à la télé nationale



JPEG - 64 ko

« Quand le comté pollue nos rivières » Le 28 septembre, le journal télévisé de la 2 consacrait un reportage aux malheurs des rivières comtoises envahies maintenant chaque année par une salade verte d’algues gluantes, putrides et filamenteuses : elles dégradent la qualité de la ressource en eau, rendent la survie des poissons de plus impossible au grand désespoir des pêcheurs et condamne à mort la petite faune invertébrée de fond.

En amont des rivières, le reportage pointait le responsable principal de cette pollution : l’élevage laitier concernant la production de fromage de comté. Les effluents et résidus agricoles des élevages épandus en très grandes quantités en guise de fertilisants sur les sols, « fertilisent » aussi les rivières, ce que tout le monde sait depuis des années et qu’une Nième étude de 8 années vient encore de confirmer !

Comme tout être humain suralimenté, en embonpoint, la rivière est malade et peut en mourir !

On peut regretter cependant que le reportage, pour illustrer ces épandages, n’ait filmé que celui d’un agriculteur épandant du fumier provenant d’un élevage de bovins sur litière : une pratique traditionnelle, hélas maintenant de plus en plus délaissée et infiniment moins polluante pour le sol et les eaux (diffusion lente de la matière organique et des fertilisants dans le sol) que celle en vogue aujourd’hui d’épandage massifs de lisiers liquides provenant d’étables semi industrielles ou les vaches sont abritées sur des caillebotis au-dessus de leurs déjections !

Oubliées aussi du reportage les tonnes d’engrais industriels très solubles répandus chaque année sur les prairies pour en doper les herbages et par suite l’augmentation phénoménale des effectifs bovins laitiers après la suppression débridée des Quotas laitiers par l’Europe (production de lait +24% en 5 ans !). Cette Europe qui prétend exiger dans le même temps le « bon état » des rivières …

Le reportage se termine un peu en queue de poisson en montrant une organisation de production du comté qui se retranche derrière des plans d’épandages et son appellation AOP comme un bouclier d’espoir censé résoudre tous les problèmes…

Ce bouclier ne sera qu’une passoire ou un miroir aux alouettes, tant que l’on ne reviendra pas à des pratiques raisonnables respectueuses de l’environnement, ne surexploitant pas les sols et respectant la richesse végétale des prairies (aujourd’hui très dégradée au profit des plantes consommatrices d’azote) c’est à dire en tournant le dos à cette agriculture productiviste et chimique à outrance.

Nous croyons que le bio est l’avenir du comté, un fromage qui doit redevenir naturel et bien sûr naturellement bon !

Pour voir ou revoir "Quand le comté pollue nos rivières" :

- visionner entre 31’19 et 36’12 sur https://www.france.tv/france-2/journal-20h00/1959453-edition-du-lundi-28-septembre-2020.html


NDLR :

A lire aussi, sur le même sujet sur le site du journal LE MONDE un article du 3 septembre 2020 accompagnée d’une vidéo :

Pourquoi le comté est accusé de polluer les prairies et rivières de Franche-Comté)