Un juge qui sanctionne un bourreau des animaux ça existe, mais ce n’est pas en France : 7 mois de prison ferme pour avoir jeté un chat du cinquième étage.



Un plombier violent par nature qui venait d’être quitté par sa petite amie, s’est vengé en « balançant » le chat Popeye de celle-ci par la fenêtre du 5°étage.

Cet acte a été estimé « particulièrement barbare » par la juge du tribunal qui a prononcé une sanction de 7 mois de prison ferme. Elle a souligné que les personne n’avaient pas « le droit de défouler leur frustration et leur colère sur les plus faibles ». ( Tagesspiegel, du jeudi 13 mars 2008).

Amis des animaux, ne rêver pas, ce rustique plombier et la juge Monika Pelcz n’exercent pas au beau pays de France. Ils sont berlinois !

En France, les sanctions des actes de barbarie et de cruauté envers les animaux ne sont que très rarement punies. Lorsque les machines à classer les procédures, que sont devenus beaucoup de parquets, renvoient des sadiques de ce genre devant un juge, les peines « distribuées » sont presque symboliques !


Sur ce sujet, voir aussi pages :
- Répression de la cruauté sur les animaux
- Chat sauvage tiré par un « garde chasse très particulier » : Dur dur, de faire monter les marches du palais de justice à un destructeur d’espèce protégée !