Trafic d’animaux sauvages, opération de police dans tout le Sud-Est.



Surveillance des trafics de la Faune Sauvage menacée d’extinction. OPERATION DE POLICE REGIONALE

communiqué de l’ONCFS région RHONE-ALPES - PROVENCE-ALPES-COTE D’AZUR-CORSE

La préservation des espèces de la faune sauvage menacées d’extinction est une des priorités de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (O.N.C.F.S.)

L’étude des procédures réalisées au titre de la protection de la nature a permis de constater l’existence d’importations illégales de spécimens en provenance d’Afrique du Nord. Ces espèces sont ensuite détenues et commercialisées sur l’ensemble du territoire et principalement dans les grandes agglomérations.

Outre le fait d’être réglementées par la Convention de Washington, beaucoup de ces animaux ou partie sont repris par des textes relatifs à une protection nationale au titre du Code de l’Environnement.

Les espèces concernées sont principalement des primates, reptiles, rapaces et passereaux.

A cette occasion, les services de l’Etat ont réuni leurs compétences et leurs connaissances pour évaluer l’ampleur du phénomène et vérifier l’existence ou non de filière liées à ces trafics. Cette stratégie d’action régionale s’est déroulée les 17 - 18 et 19 mai 2005 selon une étroite coopération entre les services des Douanes et la Direction des Services Vétérinaires de Nice, Marseille, Marignane et les Techniciens de l’Environnement affectés dans les Services Départementaux et Brigades Mobiles d’Intervention PACA et CITES Capture. Une soixantaine de spécialistes de la Convention de Washington étaient mobilisés pour cette occasion. Une permanence juridique et technique était placée à la Direction Régionale de l’Environnement.

Cette opération de police régionale s’est déroulée dans les départements des Alpes Maritimes et Bouches du Rhône selon un dispositif de contrôle autoroutier (La Turbie), portuaire (Marseille), aéroportuaire (Nice - Marseille Provence). Plus de 250 véhicules, 45 avions et 3 bateaux en provenance d’Afrique du Nord (Casablanca - Djerba - Constantine - Tunis - Alger) ou en transit par Paris, Milan, Madrid et Lisbonne ont été minutieusement inspectés.

Le bilan de cette intervention s’est soldé par la constatation de 31 délits, 22 au titre de la protection de la nature et 9 au titre de la Convention de Washington, notamment défaut de certificat d’importation, transport et détention d’espèces protégées. Parmi les saisies les plus surprenantes, notons la confiscation de 8 chardonnerets, 1 gris du Gabon, 1 buse féroce, 6 tortues grecques, 1 fouette queue et 2 mâchoires de babouin. Les délinquants encourent une peine de 9000 ? d’amende et 6 mois de prison.

On ne peut que se féliciter de l’excellente synergie et complémentarité des services de l’Etat pour lutter efficacement contre ce fléau et mener à bien ces missions de service public. Une interrogation subsiste cependant : quelle est la véritable quantité et variété d’animaux protégés, illicitement prélevés, transportés et commercialisés.

La Délégation Régionale Rhône Alpes - Provence - Alpes - Cote d’Azur - Corse poursuivra avec détermination son action afin de préserver ce patrimoine naturel, protégé par des règlements nationaux, communautaires et internationaux.


Une opération que l’on aimerait voir se renouveler et surtout imiter en Franche Comté, Bourgogne et Lorraine.