Terrorisme à la marée noire en Méditerranée, suite.. Les affres de la pollution chimique…



Les réservoirs étaient situés au bord de la mer !

Le bombardement par l’aviation israélienne le 14 juillet 2006 de centrale électrique de Jiyé et surtout de ses grands réservoirs, à 25km au sud de Beyrouth, a provoqué l’écoulement dans la mer de plus de 15 000 tonnes de carburant moteur contenant des substances dangereuses. Les quantités réellement écoulées sont certainement beaucoup plus importantes.

Cette marée noire s’est étendue vers le nord sur plus de 100 km de rivages, le long des côtes du Liban et de la Syrie. Les poissons pollués s’échouent sur le rivage. Tout l’écosystème de la Méditerranée orientale est menacé. Certains experts pensent que l’impact de cette marée noire sera multiplié en raison de la fragilité de la mer fermée qu’est notre Méditerranée. Mare nostrum disaient déja les romains.

Madame Simonetta Lombardo, porte-parole de la Convention de Barcelone pour la protection de la Méditerranée contre la pollution, a déclaré le 8 août en Italie que cette marée noire est un cocktail toxique à haut risque composé de substances qui provoquent le cancer et des dommages au système endocrinien ( benzène notamment).

A la suite de l’incendie des réservoirs une très grande quantité de substances chimiques ont également été diffusées dans l’atmosphère avec des conséquences qui seront sans doute grave pour les populations et l’environnement.

La Convention de Barcelone de 1976 pour la protection de la Méditerranée contre la pollution a été signée par la totalité des pays riverains de la Méditerranée dont Israël…