TRANSPORTS : La vallée d’Aspe n’est pas prête de sortir du tunnel du Somport !


En mai 1994, il y avait plus de 12000 personnes, dont une dizaine de militants de la CPEPESC, pour soutenir la courageuse pugnacité des écolos locaux et s’opposer aux travaux de percement du tunnel du Somport commencé 6 mois auparavant au fond de la vallée d’ASPE au coeur des Pyrénées.

Mais malgré les manifestations et objections fondées, l’ouvrage a été inauguré début 2003. De par la grâce, des décideurs et des responsables locaux de l’époque, la vallée d’Aspe avec sa route escarpée (RN 134) difficilement aménageable, est aujourd’hui l’axe à camions qu’ils souhaitaient ! Et probablement pour longtemps... !

Ils devraient aussi être satisfaits des résultats collatéraux ?


Le camion qui tue… Le Gave d’Aspe…

Que font 20 000 litres de lessive de potasse (produit dont les effets sont assez similaires à ceux de la soude, qui permet de déboucher les canalisations) quand ils se répandent dans une rivière ? Le Gave d’Aspe, dans les Pyrénées-Atlantiques, a malheureusement la réponse depuis mardi soir. Un camion-citerne, ayant franchi le tunnel du Somport avec ses 20 000 litres de lessive de potasse, s’est renversé dans un des virages scabreux de la route, déversant son chargement de produit toxique dans les eaux du Gave. Résultat : entre 12 et 15 000 poissons morts, dont une majorité de truites, environ 30 000 poissons intoxiqués, presque 4 kilomètres de macrofaune et de flore décimés.

Trois lâchers d’eau ont été effectués depuis le barrage d’Urdos, dans le but de diluer la pollution de l’eau, mais certainement pas de la résorber. Les conséquences écologiques sont considérables (un tronçon de la rivière a été « dessoudé » de la vie qu’il abritait !). Mais les impacts se feront également sentir au niveau social et économique, dans cette région qui vit de la beauté et de la santé de ses milieux naturels de par la pêche et le tourisme vert notamment.

Si c’est le premier poids-lourd à l’origine d’une pollution des eaux de la vallée d’Aspe (les précédents qui ont chuté dans le Gave transportaient du maïs), c’est tout de même le 15ème accident sur cet axe routier dangereux, depuis l’ouverture du tunnel de Somport il y a quatre ans ! La fréquence des accidents, malgré un trafic relativement faible bien qu’inacceptable pour la vallée d’Aspe (200 à 300 camions quotidiens), prouve une fois de plus que les régions de montagne ne sont pas compatibles avec la circulation des poids lourds et que les conséquences des accidents sont aggravées par l’étroitesse des vallées. Nos associations se sont toujours radicalement opposées au percement du tunnel du Somport et aux aménagements routiers en vallée d’Aspe.

Cet accident nous alerte sur les dangers d’une croissance démesurée des transports. La fédération France Nature Environnement dénonce une fois encore la politique du tout-camion mettant en péril notre santé et notre environnement. Une politique soutenable des transports passe aussi par davantage de sécurité, et l’interdiction de tout transport de marchandises dangereuses par la route dans les zones sensibles (montagne, littoral…). Le développement du transport ferroviaire est incontournable et urgent dans cette vallée d’Aspe avec la réouverture rapide de la ligne Pau-Canfranc, fermée depuis plus de 30 ans.