Sûreté et transparence du nucléaire : La France veut se distinguer pour le 20ème anniversaire de Tchernobyl !



Projet de loi sur la sûreté et la transparence nucléaire : le gouvernement prend la démocratie en otage

FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT, fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement, dénonce avec la plus grande fermeté le hold up démocratique que le gouvernement est sur le point de commettre, le 9 mars 2006, au Sénat.

En effet, alors que le projet de loi - fondamental - sur la transparence et la sûreté nucléaire moisissait depuis 2002 au Sénat.... quinze jours avant son vote, le gouvernement en a radicalement changé le contenu ! La manœuvre permet de faire passer le texte en toute discrétion, d’éviter les amendements gênants et l’audition des opposants au tout-nucléaire.

Décidément, en France, démocratie et nucléaire ne vont pas de pair. Après avoir organisé des simulacres de débat public (réacteur EPR et projet ITER) sur des décisions déjà prises, ce projet de loi prévoit la création d’une « Haute autorité » à la fois juge et partie et irresponsable.

Pour Arnaud Gossement : « à la veille du vingtième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986), le gouvernement s’empresse de faire voter par le Parlement un texte antidémocratique dont le seul intérêt est de consolider l’irresponsabilité et l’opacité du lobby nucléaire.

FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT demande le report immédiat de la discussion parlementaire du projet de loi TSN de manière à laisser aux élus le temps d’étudier le nouveau texte du gouvernement et d’auditionner, notamment, les associations de défense de l’environnement. »

FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT rendra prochainement publique son analyse détaillée de ce projet de loi.


Communiqué de FNE du 06/03/2006.