Réserve naturelle régionale des Grottes du Cirque



Cette réserve naturelle est constituée d’un ensemble de six cavités naturelles, localisées sur le flanc d’une reculée typique des collines pré-jurassiennes présentant une géomorphologie karstique caractéristique. Il s’agit de la Grotte aux Ours, la Grotte en Y, la Grotte du Four, le Trou du Seris, la Grotte sous le trou du Seris et la zone d’entrée de la Rivière souterraine du Seris. La création de la réserve naturelle a été décrétée le 24 septembre 2015 et la CPEPESC en devient son gestionnaire officiel après signature d’une convention cadre avec le Conseil Régional en novembre 2015.

Les cavités sont creusées dans les calcaires datant du jurassique moyen (Bajocien supérieur à calcaire oolithique). Une séquence stratigraphique très complète est visible au pied de la reculée à l’aplomb d’une ancienne carrière.

La réserve naturelle des Grottes du Cirque s’inscrit dans un ensemble cohérent de milieux souterrains protégés pour les chauves-souris. Ces cavités constituent un des maillons du réseau régional pour le Grand rhinolophe notamment, au vu des individus présents en hibernation. La Grotte aux Ours correspond également à une ZNIEFF de type 1 (n°430007870).

JPEG - 1 Mo
Erablaie à Scolopendre

De plus, cette réserve comprend plusieurs habitats d’intérêt européens : parois verticales sur roches calcaires (Potentillon caulescentis et Cystopteridion fragilis), pelouses à Sesleria albicans, pelouse collinéo-montagnarde sur sol carbonaté (Gymnocarpio-Seslerietum) et érablaie à scolopendre (Phyllitido-Aceretum). Ces habitats sont pris en compte dans le plan d’aménagement forestier, permettant à une flore rare ou ornementale de se développer.

JPEG - 295 ko
Grand rhinolophe

Si les cavités proposées au classement n’accueillent pas des populations de chauves-souris très importantes, elles abritent en hiver une population homogène de Petit Rhinolophe et Grand Rhinolophe (R. hipposideros et R. ferrumequinum), espèces vulnérables et en danger d’extinction sur la liste rouge de Franche-Comté. De plus, la forte diversité spécifique constatée avec la présence de neuf espèces appartenant à la famille des Vespertilionidés, dont le Grand murin (Myotis myotis) et la Barbastelle d’Europe (Barbastella barbastellus), renforce l’intérêt régional de ces cavités pour les chauves-souris.

Outre l’intérêt écologique, la Grotte aux Ours est un site archéologique et paléontologique reconnu, qui recèle sous son plancher stalagmitique un des plus importants gisements d’Ours des cavernes (Ursus spelaeus) pour l’Est de la France. Elle renferme en effet plusieurs centaines de squelettes, et notamment un squelette presque complet d’un ourson des cavernes nouveau-né. Afin de préserver ce patrimoine, l’accès à la grotte a été condamné.

JPEG - 394.4 ko
Entrée de la Grotte aux Ours

Le milieu souterrain est fragile et toute modification même minime du biotope est à éviter. La fréquentation humaine dans les sites d’hibernation ou d’estivage est responsable de la mortalité d’individus, ou de leur report vers d’autres sites moins favorables. En conséquence l’accès aux parties souterraines est interdit au public toute l’année, excepté dans la grotte de la Rivière souterraine du Seris, qui reste accessible pour la pratique de la spéléologie entre le 30 avril et le 31 octobre, après autorisation de la commune de Gondenans-les-Moulins.