Recrudescence des cas d’électrocution de Cigognes blanches sur le réseau moyenne tension en Franche-Comté. Mais que fait ERDF ?



JPEG - 1.5 Mo

La dangerosité du réseau exploité par ERDF en Franche-Comté pour l’avifaune n’est plus à démontrer.

Les cas d’électrocution ou encore de collisions avec les câbles se chiffrent par dizaines chaque année. Sont particulièrement concernés les échassiers (cigogne blanche) et les rapaces (diverses espèces touchées) et c’est probablement ce qui a conduit cet industriel à signer un partenariat avec la LPO Franche-Comté en 2013 pour mettre un terme efficace à ces cas de mortalité.

Seulement voilà, entre la pratique et les actes, il y un monde qu’ERDF n’est toujours pas prête à dépasser.

Ainsi, la CPEPESC s’indigne aujourd’hui de la lenteur et du peu d’intérêt avec le quel cette entreprise publique qui a pourtant des responsabilités en matière de protection de biodiversité instruit ce dossier. Selon notre analyse, il n’y a toujours aucune véritable prise de conscience de la part d’ERDF, juste un affichage, une peinture verte qu’on ressort ici où là selon les cas.

A titre d’exemple, voilà maintenant plus de 8 mois qu’ERDF a eu connaissance de cas d’électrocution en série sur la commune de Novillard dans le Territoire de Belfort ayant causé la mort d’au moins 9 Cigognes blanches, espèce protégée. Les supports meurtriers sont identifiés, ERDF a relevé de nombreux départs (micro-coupures, ndr) sur cette ligne confirmant le souci. On pouvait donc s’attendre, conformément à la convention LPO/ERDF, à ce que cette dernière s’engage très rapidement à programmer une intervention visant à neutraliser les supports concernés.

PDF - 24.3 ko

Malgré une relance de notre part et l’apport d’éléments incontestables confirmant la mort par électrocution des oiseaux (autopsie par ATHENAS ci-contre), ERDF se refuse aujourd’hui à agir. En revanche, quant il s’agit de demander l’annulation d’un jugement d’appel où elle s’est vue condamner pour avoir détruit sciemment un nid de cette espèce sur la commune de Réchésy (90) en 2012, ERDF ne manque pas de se mobiliser !!

Cherchez l’erreur !

Face à ces constats récurrents la CPEPESC FC envisage sérieusement de déposer plainte pour destruction, en toute connaissance de cause, d’individus d’espèce protégée sans volonté affichée de remédier à la situation.

Elle exige par ailleurs, au regard de l’augmentation des électrocutions que le réseau électrique HTA soit sécurisé sur les communes où niche la cigogne blanche, notamment dans le Territoire de Belfort où l’enjeu pour l’espèce est très fort. Ce département accueille à lui seul une dizaine de couples nicheurs, soit plus de 50 % de la population régionale, et voit également passer des centaines d’individus lors des migrations pré et postnuptiales.