Réapparition de la censure ? L’information sur les OGM mène au tribunal : Greenpeace censurée et s’en tire par un pied de nez !



Les OGM s’attaquent à la liberté d’informer !

Assignée en référé au tribunal de grande instance de Paris Greenpeace France vient se voir condamnée à retirer de son site les informations concernant leurs champs d’OGM.

Deux agriculteurs, Pascal Metge et Claude Ménara, reprochaient à l’association d’avoir publié sur son site Internet français une carte de France indiquant l’emplacement des champs sur lesquels ils cultivent du maïs génétiquement modifié.

Sur son site, Greenpeace rappelle pourtant que la directive européenne 2001/18 relative aux OGM impose aux Etats membres la publication de registres publics destinés à informer les citoyens sur les emplacements de cultures d’OGM. 

Mais la France n’a toujours pas transposé cette directive – ce retard de trois ans lui vaut d’ailleurs des rappels à l’ordre de la part de l’Union européenne.

Ce "retard" prive ses citoyens de l’information indispensable pour se protéger d’éventuelles contaminations.

En publiant sur son site les emplacements des champs de maïs transgénique cultivés dans le secret et découverts grâce au travail de terrain de ses bénévoles, Greenpeace déclare défendre ce droit des citoyens à être informés et à se protéger des OGM, droit qui devrait être assuré par les autorités françaises.

Condamnée pour avoir publié des informations que la loi impose au gouvernement française de fournir au public, Greenpeace ne désarme pas et a indiqué que la carte régulièrement actualisée, sera à nouveau bientôt disponible mais cette fois sur le site de Greenpeace International !


Lire l’article complet sur le site de Greenpeace Francehttp://www.greenpeace.org/france/news/ogm-veux-pas-censure