Quinze ans pour solutionner le rejet des égouts du Val d’Ajol (88) dans la Combeauté !



Le 3 avril 1996, la CPEPESC découvre dans un endroit discret, près du lieu-dit Battelieule, le rejet sans épuration des égouts du Val d’Ajol dans une jolie petite rivière, la Combeauté, qui descend des reliefs Vosgiens. Ce rejet est chargé de particules blanches qui semblent être des morceaux de fibres textiles. Il exhale une forte odeur de lessive. Il semble qu’une laverie industrielle, travaillant pour l’armée, soit raccordée au réseau d’égouts communal.

Dur, dur, de se faire entendre !

Visite à la gendarmerie dont le responsable refuse d’enregistrer une plainte pour pollution au prétexte que les gendarmes sont débordés… Cependant ils acceptent de venir voir le rejet !

Le 10 avril, l’association s’adresse alors au Procureur d’Epinal, qui classera rapidement l’affaire au motif que selon lui, il n’y avait pas d’infraction !!! Devant ce laxisme, l’association s’est aussitôt adressée au Préfet des Vosges, en soulignant qu’Il est surprenant qu’une localité aussi importante soit dépourvue de station d’épuration.

Un an plus tard le 25 mai 1998, après avoir été re-relancé par la CPEPESC, le Préfet des Vosges daigne enfin répondre que « suite à l’enquête effectuée par la DDAF, en association avec la Garderie du CSP, il ressort que les rejets observés sont essentiellement d’origine urbaine ». Il ajoute que « La commune du Val d’Ajol est d’ailleurs consciente de ce problème. Elle a fait réaliser des études diagnostic d’assainissement pour lui apporter une solution dans les prochains mois ».

Dix ans pour construire une station d’épuration

Par délibération du 27 mai 1998 rendue exécutoire le 12 juin, le Conseil Municipal de Val d’Ajol a décidé de confier à la DDAF une mission d’avant-projet général de l’assainissement de l’agglomération.

Un an plus tard, le 8 septembre 1999, la CPPEPES interroge par écrit le maire du Val d’Ajol « pour connaître l’état d’avancement du dossier "assainissement" car nous avons relevé une nouvelle fois cet été d’importants indices de pollution des eaux de la Combeauté en aval du rejet des égouts de la commune ».

En janvier 2000, lors d’une sortie de terrain, l’association constate que le rejet est toujours aussi polluant. En 2001, cependant on apprend que l’étude d’assainissement a été réalisée et que la station d’épuration est programmée pour 2002.

JPEG - 45 ko

En octobre 2004, les projets de travaux pour le réseau d’assainissement et la station d’épuration sont lancés. Le raccordement de la blanchisserie industrielle est prévu.

Fin 2007 – début 2008, les travaux de construction d’une station d’épuration de 3950 équivalents habitants sont en cours. Sa mise en service est prévue en novembre 2008 (Coût 1,6 millions d’euros HT).

En attendant les égouts apportent toujours à la rivières autant de particules gluantes...