Préserver les zones vierges de toute activité humaine : un enjeu vital du parlement européen. Mais en France, le réseau « Natura 2000 », ne couvre pour l’instant que moins de 15 % du territoire !



En votant un rapport sur les zones vierges en Europe mardi 3 février 2009, les députés européens ont souligné l’importance qu’ils accordent à la protection de l’environnement. Le rapport pointe les conséquences sociales et économiques des atteintes à la biodiversité. Pour se montrer à la hauteur d’un tel enjeu, il est aujourd’hui nécessaire de préserver au mieux les zones dites « de nature vierge ».

Le rapport définit comme « zones de nature vierge » les secteurs non encore touchés par les activités humaines. En Europe, elles recouvrent seulement 1 % de la superficie du territoire et sont particulièrement fragmentées. On trouve, par exemple, les plus grandes zones vierges dans le Nord de la Suède et de la Finlande. En France, plus de 1 700 sites sont répertoriés « Natura 2000 », un réseau européen de sites naturels protégés. Ils couvrent moins de 15 % du territoire français, proportion qui monte à 35 % pour des pays comme la Bulgarie et la Slovénie.

JPEG - 718 ko
Le Lautrey (39)

Ces zones cruciales pour la biodiversité sont fragmentées du Nord au Sud du continent, de l’arc Arctique aux rivages méditerranéens. « C’est une obligation morale de nous assurer que les générations futures pourront profiter et bénéficier des zones vierges en Europe », a expliqué Gyula Hegyi (Hongrois, membre du Parti socialiste européen - PSE), auteur du rapport.

Des ressources précieuses

Le rapport contient de nombreuses suggestions visant à considérer les zones de nature vierge comme des ressources précieuses. M. Hegyi espère qu’il permettra d’intégrer la protection de la vie sauvage dans la législation européenne existante. Par ailleurs, les députés sont convaincus que protection de la biodiversité, croissance économique et création d’emplois ne sont pas incompatibles.

Le rapport encourage la Commission et les Etats membres à développer une véritable stratégie de protection de ces zones. Elle devrait s’inscrire dans la stratégie globale de lutte contre le réchauffement climatique. Le réseau Natura 2000 devrait être renforcé. Dans ce cadre, les menaces pesant sur des espèces ou des habitats particuliers devraient être clairement identifiées.

Le rapport prône également la mise en place d’une vision cohérente et transversale sur ces sujets, intégrant diverses politiques comme l’agriculture, les transports, l’énergie et le budget. Il suggère un travail en partenariat avec les Organisations non gouvernementales (ONG).

Enfin, les députés européens souhaitent encourager, avec toute la prudence nécessaire, le tourisme durable dans les territoires protégés afin de sensibiliser la population aux enjeux environnementaux.

En savoir plus :

- Des zones de nature vierge à protéger - par le service de presse du Parlement européen


A SAVOIR : Dans l’Espace économique européen :
- 185 millions d’hectares sont couverts par des forêts (33 % de la superficie totale)
- Seulement 5 % de ces forêts sont restées à l’état sauvage (9 millions d’hectares)
- 13 % des forêts européennes ont été estampillées Natura 2000 Source : Communiqué du Parlement Européen, - Environnement – du 4 février 2009. (http://www.europarl.europa.eu/news/public/story_page/064-47957-033-02-06-911-20090202STO47940-2009-02-02-2009/default_fr.htm).