Pour rallier les chasseurs au oui, Paris cherche à modifier la directive européenne " oiseaux "



Un article paru le 5 avril dans le journal le Monde va peut être mettre le feu au poudre.

Voici ces éléments tristement révélateurs de ce que devient notre démocratie. Ils convient que de plus en plus de gens en prennent connaissance en urgence.

" La bécassine des marais, l’oie rieuse ou le vanneau huppé pourraient bien regretter un jour la montée du non dans les sondages sur la Constitution européenne en France.

Pour dissuader les chasseurs français, traditionnellement eurosceptiques, de voter contre le traité constitutionnel, Jean-Pierre Raffarin multiplie les gestes à leur égard - ils représentent 1,5 million de voix potentielles.

Le premier ministre français plaide notamment pour l’insertion d’un " guide interprétatif " dans les annexes de la directive européenne " oiseaux " de 1979, qui interdit la chasse pendant les périodes de migration et de reproduction de ces derniers.

Dans ce guide, figureraient, par exemple, des données scientifiques sur les espèces qui pourraient permettre d’élargir, pour certaines d’entre elles - notamment le gibier d’eau -, les périodes de chasse.

" Nous pourrions gagner une à deux semaines de plus pour certains oiseaux d’eau ", prédit un conseiller de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), dont le président,Charles-Henri de Ponchalon, a été reçu, le 10 mars, par Jean-Pierre Raffarin.

MISE AUX NORMES DES FUSILS

" Dans le cadre du référendum " rapporte le communiqué de la FNC, publié à l’issue de cette rencontre, le premier ministre avait promis aux chasseurs de s’entretenir rapidement sur ce sujet avec José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne.

Une majorité de pays européens sont déjà favorables à cet aménagement. Mais la prise de position du chef du gouvernement français devrait accélérer l’insertion de ce " guide ". Le 24 avril, un comité de scientifiques européens, réunis à Bruxelles, devrait donner un avis favorable à la Commission qui pourrait, ensuite, statuer en mai.

Autre " cadeau " aux chasseurs : devant les fédérations de chasse, Serge Lepeltier, ministre de l’écologie, s’est engagé, le 21 mars, à reporter de plusieurs mois la date butoir, fixée à l’été 2005, pour l’interdiction de l’utilisation de cartouches de plomb dans les fusils.

Leur dispersion dans la nature empoisonne les canards qui les confondent avec des petits graviers et meurent de saturnisme. " Les chasseurs sont d’accord sur le principe mais il leur faut un délai pour la mise aux normes des fusils ", plaide-t-on à la FNC.

La France est l’un des rares pays de l’Union à ne pas s’être mise en conformité avec les règles de l’Europe. Elle a pourtant signé, en 1995, les accords de La Haye qui prévoient la suppression des plombs de chasse " avant 2000 ".

" A force de voir les chasseurs bafouer les accords européens, les défenseurs de la nature vont finir eux aussi par voter non ", s’indigne Pierre Athanaze, président d’Action nature, une association naturaliste.

Béatrice Jérôme