Pollution pas Savoureuse du tout à BELFORT : au lendemain des Eurockéennes, les poissons crevent sur des kilomètres.



JPEG - 420.7 ko
Le rejet de la Step de Belfort dans la Savoureuse !

Au lendemain des Eurockéennes qui ont généré pendant trois jours un flux d’eaux usées supplémentaire correspondant à environ de 25 000 participants, une phénoménale pollution a commencé à impacter dès lundi 6 juillet 2015 la bien mal nommée Savoureuse : Des poissons morts sur plusieurs kilomètres ! Les pêcheurs sont atterrés !

Certains ne manqueront pas d’accuser la canicule…

Un peu facile. La CPEPESC se rappelle qu’en 2009, les Eurokéennes avaient déjà été à l’origine d’une pollution à répétition avec mortalité piscicole, la station de pompage des égouts y étant tombée deux fois en panne (*)

Aujourd’hui c’est la station d’épuration de Belfort ou aboutissent tous les effluents qui est en cause.

Sa capacité nominale est 110 000 équivalents-habitants (EH) et selon le site du portail officiel de l’assainissement et de l’agence de l’eau la somme des charges y entrantes est de 144878 EH. (C’est aussi la "Taille de l’agglomération en 2013" donnée).

Cette installation pouvait-elle accepter une pollution supplémentaire d’un quart de sa capacité ?

JPEG - 109.7 ko
Ventres en l’air !

L’enquête devra le définir. Cette fois le dossier ne sera peut-être pas classé ?

JPEG - 29.4 ko
Pourtant ce n’était pas la couleur de l’eau annoncée ?

Suite des événements (9 juillet 2015)

Cette pollution est tellement importante qu’elle a finit par atteindre l’Allan, puis le Doubs ou les eaux de la Savoureuse aboutissent après un parcours de plus de 24 km.

La pêche et la baignade ont été interdites (pour l’instant) en aval jusqu’à l’Isle sur le Doubs...

(*) En 2009, lors des Eurockéennes , de grandes quantités d’eaux usées et de matières fécales s’étaient écoulées dans un des étangs du Malsaucy, entrainant destruction de la faune aquatique et d’une grande quantité de poissons. Ces déversements s’étaient produits et avaient duré une première fois dans la nuit du 3 au 4 juillet, à la suite de problèmes électriques de disjonctement... Problèmes qui s’étaient à nouveau reproduits le dimanche 5 juillet en plein après-midi !

Le suivi de cette affaire avait a permis d’apprendre plus tard (en 2011 ) qui ni les gendarmes, ni les gardes ne s’était déplacés lors de cet épisode de pollution pour constater...