Planche des Belles Filles : la CPEPESC porte l’affaire devant le juge des référés



COMMUNIQUE DE PRESSE

On joue un sale tour au Massif vosgien en rabotant La Planche des Belles Filles

Sollicitée de toute part, pour qu’elle intervienne, la CPEPESC n’a pas pour habitude de ne pas assumer sa mission de défense de l’environnement. Si elle a été assez discrète sur cette affaire, elle n’est pas restée sans agir.

PDF - 147.2 ko
Référé Planche des B F

L’association qui avait déjà, demandé au Préfet de Haute-Saône et au Maire de faire respecter la loi en faisant arrêter les travaux illégaux, puis porté plainte en demandant là encore également au Procureur de la République de Vesoul la même chose, sans résultat sur le terrain à ce jour, porte aujourd’hui l’affaire devant le juge des référés.

Face à l’agression physique sauvage sans précédent que subit le massif vosgien et le patrimoine naturel, l’association exige le respect du patrimoine naturel et des lois. Ce devrait être une pratique publique élémentaire dans un pays de droit.

Au sommet de La Planche de Belles filles, l’exemple ne vient pas d’en haut (et doublement) !

Il serait regrettable que la fête du Tour de France soit entachée d’une telle atteinte environnementale.

Précision :

Il ne s’agit pas pour notre association de s’opposer systématiquement à de quelconques manifestations sportives, ou développement local, mais d’exiger que le droit soit respecté pour permettre aux autorisations et concertations de faire émerger des projets compatibles avec le droit et l’environnement et une conservation durable de notre patrimoine naturel.

.

.


JPEG - 1.2 Mo

NDLR

A lire absolument :

- Épilogue de cette affaire ( juillet 2012) :

L’arrivée du tour de France du 7 juillet 2012 à la Planche-des Belles-Filles laissera également une profonde cicatrice aux cœurs des amoureux des Vosges Saônoises.