Pipistrelle pygmée



Pipistrelle pygmée - Pipistrellus pygmaeus

Description, caractères distinctifs [1] :

  • Longueur avant-bras : 27,7 à 33 mm
  • Longueur oreille : 9 à 13 mm
  • Longueur Tête + Corps : 36 à 51 mm
  • Poids : 4 à 8 g
  • Envergure : 190 à 230 mm

Répartition régionale :

JPEG - 134.3 ko

Cliquez sur les images pour les agrandir

Répartition nationale : ici

Statuts de protection et listes rouges :

  • Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection.
  • Espèce inscrite à l’annexe IV de la Directive européenne Habitats-Faune-Flore
  • Listes rouges :
    • Franche-Comté : Données insuffisantes (DD)
    • France : Préoccupation mineure (LC)
    • Europe : Préoccupation mineure (LC)
    • Monde : Préoccupation mineure (LC)

Habitat et gîtes :

Ses gîtes d’estivage sont assez variés allant de la cavité arboricole (naturelle ou artificielle avec des nichoirs) aux toitures des habitations. En hiver les gîtes sont très peu connus car la Pipistrelle pygmée est difficilement identifiable sans mesures biométriques d’une part et très fissuricole d’autre part, elle semble néanmoins utiliser les constructions ou les cavités souterraines.

Biologie et écologie de l’espèce :

C’est l’espèce de chauve-souris la plus petite d’Europe qui semble vivre en sympatrie avec la Pipistrelle commune. La découverte de l’espèce est assez récente, avec l’arrivée des détecteurs d’ultrasons dans les années 1990 puis l’identification génétique en 1997. Elle affectionne les ripisylves et les trouées forestières pour chasser mais elle peut également fréquenter les zones urbaines éclairées.

Distribution et population :

Découverte en 2007 dans le département du Doubs en milieu urbain, l’espèce a ensuite été contactée au détecteur d’ultrasons dans le département du Jura. A ce jour, aucune colonie de reproduction n’a encore été identifiée en Franche-Comté.

Menaces :

La destruction des haies, l’arasement des ripisylves constituent la principale menace pour cette espèce.



[1] Arthur L., Lemaire M., 2009. Les Chauves-souris de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Biotope, Mèze (Collection Parthénope) ; Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 544p.




  • 223.9 ko