Pipeline Sud Européen vers une remise en service réduit pour 6 mois



Le 10 décembre 2009, une réunion d’information et de concertation réunissant des élus et, à laquelle était également invitée la CPEPESC, a eu lieu à la préfecture du Jura pour présenter les actions qui ont été menées suite à la fuite du pipeline et, le détail des modalités de remise en service des canalisations.

Intervenaient, outre la Préfecture, un responsable de la SEPSE (Sté du pipeline sud européen), la DREAL (ex DRIRE) de Rhône Alpes ayant rôle d’expert sur tout le tracé, la DRIRE de F.C.

JPEG - 64.7 ko

Depuis la fuite du pipeline SE dans la Réserve Naturelle nationale des Coussouls de Crau (13), le 7 août 2009, le fonctionnement du pipeline qui alimente notamment les raffineries de Reichtett (67) et du Cressier (Suisse) est suspendu.

Ceci pose des problèmes d’approvisionnement et, en ce moment, en raison des transports de substitution par camions et péniches, les besoins sont tout juste satisfaits. Avant la fuite de la Crau, le pipeline SE transportait 20 millions de tonnes d’hydrocarbures par an.

Le pipeline sud-européen est constitué de 2 canalisations parallèles de Fos-sur-Mer jusqu’à Quingey (25) mais plus qu’une seule au-delà. Une seule était utilisée. (*)

La SPESE désire donc remettre provisoirement en service la canalisation inutilisée jusque là pour une période de 6 mois et à pression réduite pour permettre de préparer la remise en exploitation définitive. Elle effectue actuellement, dans ce but, des tests de Fos-sur-Mer (13) à Quingey (25) dont le résultat conditionne sa réutilisation provisoire.

Il s’agit de tests de résistance réalisés tronçon par tronçon avec de l’eau à 150% de la pression de service.

La réalisation de ces tests arrivera au niveau de St Amour le 19 décembre et de Quingey le 23 décembre. Des précautions sont prises en cas de fuite. (Surveillance aérienne, SDIS, etc..)

L’eau utilisée sera traitée en filtre à sable à Gennes (25).

A suivre.

.


NDLR :

Article précédent sur le sujet : L’Est de la France pourrait manquer de fioul de chauffage à la suite de la rupture de l’oléoduc de la SPSE en Crau

(*) : Le pipeline sud-européen est constitué de 2 canalisations parallèles de Fos-sur-Mer jusqu’à Quingey :
- le PL 1 de 34’’ (= diam 86cm) construit en 1962. Inutilisé avant l’accident de la Crau et inerté à l’azote.
- le PL 2 de 40 ‘’ (= diam 102cm) construit en 1972 et en fonctionnement avant l’accident (pression limitée à 28 bar)

Selon le représentant de la SEPSE, cette seconde conduite avait été réalisée en réponse aux prévisions exubérantes des économistes. Ils qui tablaient en 1972, selon lui, sur 200 millions de tonnes à transporter dans l’avenir. Mais en 1973, survenait le premier « choc pétrolier » qui était suivi du second en 1984. D’où l’utilisation actuelle d’un unique tube ou passaient 20 millions de tonnes d’hydrocarbures par an, avant l’éclatement de la Crau.

Le Pipeline Sud-Européen (SPSE) assure l’approvisionnement à l’amont d’une plate-forme pétrochimique et de deux raffineries Reistett (67) et Le Cressier (Suisse). Pour cette dernière par l’intermédiaire du pipeline du Jura. Le PSE concerne 40% de la consommation de la Suisse.