POLLUTION : La source de la Loue se fait de la mousse !



JPEG - 1.4 Mo

Il avait du monde à la source de la Loue, le mardi 11 janvier 2011 après midi (gendarmes de deux brigades, garde de l’ONEMA, fonctionnaire de l’ARS, pompiers, municipalité...) pour observer des mousses semblables à des mousses de lessive, sortant de la célèbre source et entrainées au fil de l’eau, bien loin en aval, puisque l’alerte avait été donnée le matin même à Ornans. Les gendarmes de cette ville ont alors remonté la vallée.

Cette source est aussi le point de prélèvement du captage AEP de la commune d’Ouhans et l’Agence Régionale de la Santé a demandé au maire de prendre des mesures de restrictions auprès des consommateurs. Ils ne doivent pas pour l’instant, par mesure de précaution, boire et se laver avec l’eau de leur robinet en attendant les résultats d’analyses en cours.

Quant à l’origine de cette pollution souterraine, la rumeur faisait suspecter de nombreux épandages de lisiers et purins sur les plateaux les jours derniers. C’est ce que l’enquête, si elle est effectuée sérieusement, devrait chercher à déterminer.

Néanmoins, tant que les résultats des analyses de prélèvements effectués sur la source ne sont pas connus, il n’est pas sérieux de vouloir affirmer quoi que ce soit sur l’origine de cette mousse qui s’étale bien sur l’eau.

Il n’est pas plus sérieux d’affirmer à l’heure actuelle que cette pollution n’a, et n’aura, aucun impact sur la vie aquatique. Pour l’instant on n’en sait rien.

Plainte pour pollution.

A la suite d’une nouvelle pollution de la Loue, l’association a porté plainte le 13 janvier 2010, pour pollution souterraine, mais aussi pollution des eaux superficielles et du milieu aquatique, pollution du captage de Ouhans (25), ainsi que pour toutes autres infractions qui seront mises en évidence dans cette affaire.

La CPEPESC y a par ailleurs demandé que les investigations soient particulièrement poussées sur le bassin versant des sources de la Loue compte tenu de la fragilité de cette rivière menacée et en raison de l’émotion grandissante suscitée par cette nouvelle pollution qui ne peut que contribuer plus encore à vider la Loue de ses poissons.