Oreillard roux



Oreillard roux - Plecotus auritus

JPEG - 159.7 ko

F. Schwaab ©

Description, caractères distinctifs [1] :

  • Longueur avant-bras : 34 à 42,8 mm
  • Longueur oreille : 31 à 41 mm
  • Longueur Tête + Corps : 42 à 53 mm
  • Poids : 6 à 14 g
  • Envergure : 245 à 300 mm

Répartition régionale :

JPEG - 151.9 ko

Cliquez sur les images pour les agrandir

Répartition nationale : ici

Statuts de protection et listes rouges :

  • Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection.
  • Espèce inscrite à l’annexe IV de la Directive européenne Habitats-Faune-Flore
  • Listes rouges :
    • Franche-Comté : Préoccupation mineure (LC)
    • France  : Préoccupation mineure (LC)
    • Europe  : Préoccupation mineure (LC)
    • Monde : Préoccupation mineure (LC)

Habitat et gîtes :

L’Oreillard roux recherche surtout les milieux forestiers. En période de reproduction, il gîte dans les fentes et fissures d’arbres feuillus mais peut également coloniser les charpentes des habitations. En période d’hibernation, il rejoint les cavités souterraines, d’où il ne peut être différencié de l’Oreillard gris.

Biologie et écologie de l’espèce :

La distinction de l’Oreillard gris du roux reste difficile visuellement et l’identification acoustique entre les deux espèces n’est également pas toujours possible. L’Oreillard roux est attiré par les forêts nettement stratifiées, avec des sous-étages encombrés d’arbustes et de branchages, surtout quand il y a la présence de vieux arbres. L’oreillard roux ne s’éloigne guère à plus de quelques centaines de mètres de son gîte, surtout si le milieu est dense et fermé. Les maxima connus atteignent 3 km. En fonction des régions, l’analyse du guano permet de trouver des restes de Noctuidés, de papillons diurnes ou bien de hannetons. D’autres espèces sont des proies régulières lors de phases de pullulations comme les chenilles de la Tordeuse du chêne ou les chenilles de La Nonne.

Distribution et population :

D’après la synthèse 2004-2009, la population régionale d’oreillards (gris et roux) estimée est de 620 individus en période de reproduction. Plus de 65% des effectifs sont recensés dans le Jura, dans une vingtaine de sites. En période d’hibernation, les effectifs connus sont d’environ 100 individus, retrouvés de façon isolée dans une cinquantaine de sites.

Menaces :

La gestion forestière qui coupe les vieux arbres à cavités le prive de gîtes naturels. La disparition des peuplements feuillus stratifiés au profit de peuplements de résineux constitue également une menace pour l’espèce.



[1] Arthur L., Lemaire M., 2009. Les Chauves-souris de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Biotope, Mèze (Collection Parthénope) ; Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 544p.




  • 6.8 Mo


  • 289.2 ko