Noctule de Leisler



Noctule de Leisler - Nyctalus leisleri

JPEG - 362.8 ko

F. Schwaab ©

Description, caractères distinctifs [1] :

  • Longueur avant-bras : 38 à 47 mm
  • Longueur oreille : 11 à 16 mm
  • Longueur Tête + Corps : 48 à 72 mm
  • Poids : 8 à 23,5 g
  • Envergure : 260 à 340 mm

Répartition régionale :

JPEG - 155.6 ko

Cliquez sur les images pour les agrandir

Répartition nationale : ici

Statuts de protection et listes rouges :

  • Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection
  • Espèce inscrite à l’annexe IV de la Directive européenne Habitats-Faune-Flore
  • Listes rouges
    • Franche-Comté : Préoccupation mineure (LC)
    • France  : Quasi-menacé (NT)
    • Europe  : Préoccupation mineure (LC)
    • Monde : Préoccupation mineure (LC)

Habitat et gîtes :

La Noctule de Leisler est une espèce fréquentant les milieux forestiers tant pour la recherche de nourriture que pour ses gîtes. Elle fréquente les boisements de feuillus ou de résineux et les zones humides. En période estivale, ses gîtes sont des cavités arboricoles, ou bien certains bâtiments. En hiver, l’espèce n’est pas cavernicole et occupe essentiellement les arbres.

Biologie et écologie de l’espèce :

Les territoires de chasse de la Noctule de Leisler sont très variés. Elle chasse dans des espaces bien dégagés, au-dessus de la canopée et peut s’élever en haute altitude au-delà de 100 mètres. Très opportuniste, ses proies (mouches, papillons) sont capturées en vol et sont essentiellement de petite et moyenne taille. Elle peut également prospecter régulièrement autour des éclairages publics, dans les vergers et boisements divers. Dans ces zones, les Lépidoptères, les Hémérobiidés, les chrysopes et les Ichneumonidés apparaissent de manière prépondérante et laissent présager une chasse proche des arbres. Les femelles peuvent s’éloigner jusqu’à 17 km de leur gîte mais chassent essentiellement à moins de 10 km.

Distribution et population :

D’après la synthèse 2004-2009, la population régionale connue est de 50 individus en période de reproduction dans le Jura. Comme la Noctule commune, faute de recherche adéquat liée à son écologie ce chiffre est probablement sous-estimé.

Menaces :

Tout comme la Noctule commune, cette espèce est migratrice, et que ce soit pour chasser ou en migration, cette espèce de haut vol est fortement concernée par les risques de collision avec les éoliennes. Une gestion forestière inappropriée, l’abattage des arbres morts ou vieillissants peuvent compromettre la présence de l’espèce.



[1] Arthur L., Lemaire M., 2009. Les Chauves-souris de France, Belgique, Luxembourg et Suisse. Biotope, Mèze (Collection Parthénope) ; Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 544p.




  • 284.1 ko