Nelly Olin : « On recense aujourd’hui environ cinq millions de personnes résidant en zone inondable ».



La ministre de l’écologie et du développement durable a souligné ce point le 18 janvier devant le conseil des ministres lors d’une communication relative à la prévention des risques naturels et technologiques.

« Pour faire face à cette situation, le Gouvernement met en œuvre une politique dynamique de prévention des inondations selon quatre axes :

JPEG - 7.2 ko
Besançon, le Doubs déborde.

- amélioration de la vigilance météorologique et mise en œuvre, à compter de juillet 2006, d’une procédure de prévision des crues intégrant les débits des cours d’eau, les précipitations et l’état des sols ;

- mise en œuvre de stratégies globales de prévention sur les grands fleuves et de programmes d’action de prévention par bassin versant ;

- renforcement de la sécurité des ouvrages hydrauliques, en particulier des digues de protection contre les crues ;

- maîtrise de l’urbanisation en zone inondable au moyen, notamment, des plans de prévention des risques naturels prévisibles ».

Lors de la même séance ont été évoqués également, le risque sismique - l’autre risque naturel majeur - avec mise en œuvre d’un programme national de prévention et enfin la mise en place de plans de prévention des risques technologiques (PPRT) qui concernent 622 établissements à hauts risques.