Manipulations radioactives dans un lycée, à Morteau (25)



Le radium est une substance radioactive naturelle, qui était notamment utilisée jusque dans les années 60 comme constituant essentiel de la peinture luminescente disposée sur les aiguilles ou les cadrans des montres, réveils et boussoles. Il était également utilisé dans certains paratonnerres. Ces utilisations sont aujourd’hui interdites.

Dans la soirée du 7 décembre 2006, l’Agence de Sureté NucléaireASN a été informée que cinq personnes de l’équipe pédagogique d’un lycée professionnel de Morteau, dans le Doubs, avaient été potentiellement contaminées à la suite de la manipulation d’un flacon contenant des sels de radium.

Ces personnes ont été prises en charge le 7 décembre par l’IRSN et le CHU de Besançon, afin de procéder à une première série d’analyses. Le CEA est intervenu à la demande de la préfecture dans la nuit du 7 au 8 décembre pour localiser d’éventuelles traces de contamination dans les locaux et récupérer le flacon avant de le transmettre à l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs).

L’ASN a conduit le 8 décembre une inspection, avec l’appui d’une équipe de l’IRSN, pour identifier l’origine du flacon et vérifier l’absence de contamination résiduelle dans les locaux du lycée. Cette inspection, qui a corroboré celle conduite par la gendarmerie, a permis :

- d’identifier que le flacon avait été introduit dans le lycée au mois de mai dernier par un lycéen qui l’avait récupéré dans une ancienne usine horlogère désaffectée. Le flacon, qui a été manipulé par trois autres élèves du lycée, n’a été retrouvé qu’il y a une quinzaine de jours, lors d’une ronde autour des bâtiments ;

- de vérifier l’absence de contamination des élèves concernés. Des examens complémentaires seront conduits cette semaine, en liaison avec l’IRSN et le CHU de Besançon, afin d’enlever tout doute quant à l’éventuelle ingestion de radium au mois de mai dernier ;

- de mettre en évidence l’absence de traces de contamination dans les locaux de l’établissement en contact avec le flacon radioactif. L’ensemble des locaux a donc pu être restitué au lycée.


(D’après communiqué de Presse du 14/12/2006 de l’Agence de Sureté Nucléaire, Contacts presse : Evangelia Petit, evangelia.petit@asn.fr )M