Les "intensifs" se défendent mais...*


Les professionnels agricoles concernés défendent l’agriculture intensive gage selon eux d’abondance et d’indépendance alimentaire.

Mais ces industriels (peut on encore les qualifier d’agriculteurs ?) ont le dos au mur :

- Car l’agriculture intensive pollue : plus de 50% des substances "sortent des champs" d’épandage et se retrouvent dans les eaux et l’environnement.
- Ils ne peuvent nier les problèmes mais prétendent ne pas avoir de moyens de substitution.
- Ils critiquent avec raison la position européenne qui impose en parallèle "normes de réduction des pollutions " et "baisses des prix agricoles".