Les illusions perdues de Natura 2000 : la France au 18 eme rang !



Fin avril 2006, la France va transmettre ses dernières propositions de sites pour constituer le réseau Natura 2000. Cette échéance est décisive. La fédération France Nature Environnement et son réseau associatif se sont dès l’origine largement mobilisés pour la réussite de Natura 2000.

Mais à ce stade, France Nature Environnement s’inquiète légitimement de la capacité du réseau proposé à répondre à l’objectif initial de conservation d’habitats et d’espèces. Pourtant il y a urgence : l’érosion de la biodiversité et le réchauffement climatique le démontrent. France Nature Environnement constate notamment :

- l’insuffisance des transmissions pour les régions biogéographiques atlantique et continentale : alors que la France abrite environ le tiers de ces régions et qu’elles sont les plus menacées, elle n’en a désigné qu’une infime partie (aux alentours de 5%) ;

- la non pertinence du périmètre écologique de nombreux sites ;

- la disparité des transmissions : les régions administratives ont transmis entre 1 et 19 % de leur territoire ;

- des transmissions a minima pour répondre aux insuffisances d’habitats ou d’espèces.

Finalement, la France ne proposerait en espaces Natura 2000 que 8,5 % de son territoire, se plaçant ainsi au 18 eme rang des 25 pays membres, alors que l’OCDE lui recommande d’accroître ces espaces à 15 %.

Le projet natura 2000 apparaît donc comme non abouti et France Nature Environnement :

• déplore le contenu actuel et sa laborieuse constitution, fruits de l’absence d’engagement fort de l’Etat dans son ensemble et d’un déroulé parfois chaotique ;

• considère qu’avril 2006 ne peut constituer qu’une première étape et demande à ce que le réseau Natura 2000 soit complété dès 2007 ;

• constate l’inexistence d’un inventaire du patrimoine naturel adapté et demande la production rapide d’un tel inventaire.

France Nature Environnement attend maintenant de l’Etat de retrouver les illusions perdues de Natura 2000, permettant aussi à la France de ne plus être considérée comme "le moins bon élève" européen en la matière et d’être en harmonie avec l’action qu’elle déploie sur la scène internationale pour la biodiversité.

Compléter natura 2000, c’est s’engager pour stopper la dégradation de la diversité biologique, conforter des activités dans l’espace rural et développer un nouvel outil d’aménagement du territoire. C’est ce qu’en attend tout citoyen face aux constats écologiques et sociétaux actuels pour préserver son avenir et celui des générations futures.

Pour plus d’informations sur le dossier Natura 2000, vous pouvez consulter le site de la fédération à l’adresse suivante :http://www.fne.asso.fr/PA/milieux/dos/natura_2000.htm


Communiqué de F N E, du 28 avril 2006