Le Vallon du Cros (Landes) victime de la double peine !


Le 11 janvier dernier, le Préfet de Région, coordonnateur des Grands Projets du Sud Ouest (GPSO) réunissait le comité de pilotage afin de retenir un fuseau de 1 000m pour le futur tracé de la ligne TGV Bordeaux-Espagne. RFF et les GPSO ont donc proposé un fuseau de 1000m qui vient entériner les préoccupations portées par le Groupe Chiroptères Aquitaine (GCA) depuis plusieurs mois (communiqué de presse du GCA & dossier de synthèse - partie 1 & partie 2 téléchargeables).

En effet, le Vallon du Cros se retrouve exactement sous le fuseau retenu. Sachant qu’une ancienne carrière jouxte déjà le site, et que le chantier de l’autoroute A65 chevauche d’ores et déjà ce même fuseau de 1000m, l’espace restant au TGV correspond bel et bien au Vallon du Cros. En toute évidence, la règlementation française permet encore de telles incohérences alors que le site est protégé au titre d’un Arrêté de Protection de Biotope et constitue l’un des fleurons du site Natura 2000 du Réseau Hydrographique des affluents de la Midouze (FR7200722).

Avec 17 espèces identifiées, le Vallon du Cros est à ce jour connu comme le site à la plus grande diversité de chauves-souris en Aquitaine. Les populations locales d’espèces comme la Barbastelle d’Europe et le Murin de Bechstein viennent s’accoupler ici, dans ce qui constitue l’unique site de ce genre dans le département des Landes. En compléments, le Vallon du Cros est également un habitat à Vison d’Europe et abrite une Forêt de ravin et de pente (habitat 9180) sur affleurement calcaire, formation rarissime en plaine. Ces deux éléments originaux du patrimoine naturel du Cros sont prioritaires au sens de la Directive Habitats.

« [...] Nous ne saurions enfin trop insister sur l’importance d’aborder le tryptique « évitement, réduction, compensation » dans le bon ordre et en rapportant la preuve d’une réflexion approfondie et argumentée, étant entendu que la compensation ne peut constituer une fin en soi ou un élément de justification a priori. [...] » [1]

Enfin, le GCA dénonce le recours abusif aux promesses de mesures compensatoires, constituant un faire-valoir face aux insuffisances des réflexions en amont des projets et restant très incertaines quant à leur efficacité sur le terrain (l’A65 est un très bon exemple d’illustration).

L’année de la biodiversité se poursuit sur de bons auspices ...



[1] propos de Monsieur Le Ministre Jean-Louis Borloo, signant avec sa secrétaire d’Etat Mme Chantal Jouanno, un courrier du 30 novembre 2009 adressé aux préfets et aux services déconcentrés de l’Etat au sujet des continuités écologiques


  • Communiqué de Presse - GCA

    92.8 ko
  • Dossier GCA : Le Vallon du Cros - partie 1

    1.4 Mo
  • Dossier GCA : Le Vallon du Cros - partie 2

    1.6 Mo