Le Lynx de retour en Belgique !


Ce superbe animal avait disparu de nos régions depuis près de trois siècles. C’est dire si sa réapparition, encore timide et mystérieuse, attire l’attention. De la rumeur aux témoignages confirmés, il a fallu plus de six années pour être désormais certain que des lynx ont fait leur retour en Belgique, dans les forêts tout à l’est du pays, dans la zone frontalière avec l’Allemagne.

Les récits se sont multipliés au fil des ans. Puis, une photo a été prise, en mars dernier, rapporte le magazine Natagora, dans l’Eifel allemand, tout près de nos Hautes Fagnes. Natagora rapporte également l’observation, chez nous, d’une femelle et de deux petits.

A la Division Nature et Forêts, l’ingénieur en chef du cantonnement de Bullange explique que « les observations des six dernières années se concentrent sur un territoire d’une centaine de milliers d’hectares. Une quinzaine de cantonnements forestiers situés de part et d’autre de la frontière belgo-allemande sont concernés ».

Un autre témoin fiable a par ailleurs signalé la présence d’un lynx bien plus à l’ouest, près de la baraque Fraiture.

La bonne question est désormais : d’où viennent ces lynx ? Réintroduction accidentelle ? Aucun parc n’a signalé d’animaux échappés. Réintroduction illégale ? Les Rangers, qui militent activement pour le retour du castor mais aussi des grands carnivores comme le loup et le lynx, jurent n’être pour rien dans cette réapparition. Mais il n’est pas exclu que des lâchers illégaux aient eu lieu en Allemagne dans les années 90.

Une dernière piste sérieuse est la migration vers nos contrées de lynx issus d’opérations légales de réintroduction. Depuis plus de 20 ans, des lynx sont réintroduits officiellement en Suisse, en France et en Allemagne. En France, on en trouve surtout dans les Alpes et dans le Jura, de même qu’une petite population dans les Vosges.

En Allemagne, ils sont présents entre autres dans le Palatinat. Des lynx pourraient avoir essaimé jusqu’en Belgique, malgré les autoroutes et les fleuves à franchir.

Jadis, le lynx était répandu dans l’Europe entière. Les populations ont régressé jusqu’à l’extinction quasi complète. Trois causes, humaines, ont été avancées : la disparition des habitats du lynx (déforestation massive), raréfaction extrême des proies au 19e siècle et la chasse organisée par l’homme.

Intégralement protégé, le lynx bénéficierait aujourd’hui de la croissance des espaces forestiers et de l’augmentation du nombre de proies, surtout des chevreuils. Mais cette réapparition dans nos régions reste encore vraiment trop timide pour espérer une réelle réinstallation durable.

Mais le signe est beau tout de même. Espérons qu’un tir de chasseur mal informé ne vienne pas tout gâcher.