LA PUBLICITE est devenue socialement ennemie.



Si beaucoup de gens sont publiphobes, c’est parce qu’ils ne supportent plus l’invasion publicitaire, contre leur gré, de leur vie, de leur espace vital, des paysages qu’ils aiment.

La publicité a été dévoyée et déborde de ses objectifs.

Une enquête TNS Sofres réalisée en octobre 2005, a révélé que 43% des Français se déclaraient hostiles à la publicité. (Revue 60 millions de consommateurs de janvier 2006).

Le but utile de la publicité est d’attirer l’attention sur des produits et services que le consommateurs peut acquérir pour en disposer selon ses besoins.

Le but dévoyé est celui de susciter par des manipulations psychologiques des envies ou des besoins inexistant au départ chez le consommateur. Ce but pernicieux à pour principales conséquences négatives :

- un énorme gaspillage en matières premières et en énergie de la planète, entraîné par la sur-consommation de produits inutiles,

- une insatisfaction permanente des consommateurs qui ne peuvent financièrement s’offrir des produits devenus à leurs yeux indispensables à la suite du matraquage publicitaire.

Les « messages » répétés et subis en trop grand nombre engendrent une pollution mentale consécutive à un véritable « lavage de cerveau » des personnes trop exposées aux publicités et en premier lieu des personnes mentalement et économiquement les plus fragiles.

L’empreinte de ce matraquage publicitaire et de ses marques annihile le libre arbitre des individus jusqu’à les forcer, essentiellement inconsciemment d’adhérer à ce qu’il faut bien appeler dans les faits « l’idéologie publicitaire ».

On peut même parler de « fascisme publicitaire » puisqu’il s’agit d’un conditionnement mental et global des personnes qui vise à les réduire au maximum à n’être plus que des consommateurs exécutants des objectifs d’une société imprégnée par l’idéologie publicitaire.

Il serait temps que les démocraties s’arment enfin contre les excès des manipulateurs publicitaires dont les messages abrutissants vont à l’encontre de l’environnement et du bon épanouissement des personnes : un des objectifs majeurs paraît-il des structures institutionnelles.


.

NDLR : La caricature "Tous les jours je lave mon cerveau avec la pub " a été emprunté au site de la BAP (Brigade Anti Pub) : http://www.bap.propagande.org/index.php