L’invasion des microplastiques jusqu’aux robinets du monde entier



JPEG - 532.8 ko

Le site Orb media a publié une étude (en anglais) qui montre que l’invasion des micro-déchets plastiques concerne le monde entier.

La pollution des eaux est devenue multiforme. Il ne s’agit plus aujourd’hui seulement d’eaux usées domestiques ou salies par des processus industriels : Débris et fibres microscopiques issues de l’usure et de la dégradation de nos matériaux modernes – en particulier matières plastiques - envahissent insidieusement l’environnement et sont « convoyés » par les eaux. Ainsi par exemple, l’usure par le lavage répété des vêtements confectionnés en matières synthétiques (et de moins en moins en tissus naturels biodégradables) apporte aux eaux usées de grandes quantités de fibres plastiques qui s’ajoutent aux particules issues de la fragmentation et de la dégradation des innombrables déchets abandonnés et disséminés dans l’environnement par l’humain… ( Le cochon est plus respectueux ! )

Les systèmes d’épuration des eaux usées actuellement en service, conçus pour en réduire la pollution organique avant leur rejet dans les rivières, ne se révèlent guère efficaces en la matière même si une fraction de cette micro pollution plastique se retrouve piégée dans les boues d’épuration... Ensuite épand celles-ci sur les sols agricoles… où le ruissellement des eaux pluviales peut la ramener au ruisseau.

Il n’y a pas que dans les eaux maritimes et les chaires de leurs poissons que l’on retrouve des micro-déchets plastiques, eaux et sédiments des cours d’eau continentaux n’en sont pas épargnés, même si depuis des années on préfère ignorer l’évidence et se réfugiant derrière des analyses qui ne quantifient que ce que l’on veut bien chercher.

Il n’est donc pas étonnant d’en retrouver aujourd’hui un peu partout jusque dans les eaux potables de la planète.

Même si en Europe, selon l’étude, le nombre moyen de fibres plastiques retrouvées dans l’eau du robinet et inférieur à ceux d’autres contrées, comme aux États-Unis, il y a de quoi s’alarmer.

Il devient urgent que les États et les chercheurs s’intéressent intensément à cette question qu’il va être très difficile de solutionner à la source.

- Lien vers le site Orbmedia :