L’eau potable ne coule plus de source



Il est très exeptionnel pour une commune de disposer d’une source dont l’eau est naturellement potable.

A notre époque impactée par la pollution généralisée, l’eau pompée dans les cours d’eau ou les nappes souterraines présente en générale des traces d’éléments indésirables qu’il faut éliminer.

D’abord clarifier l’eau

Par décantation (eau au repos dans des bassins ) ou floculation (décantation rapide provoquée par un adjuvant chimique) et fitration on débarasse l’eau des matières en suspension. Celà produit des boues.

Ensuite éliminer les organismes pathogènes (microbes).

La méthode la plus ancienne, est la désinfection par chloration (adjonction de chlore) qui détruit les bactéries. Il est laissé ensuite un peu de chlore résiduel dans les conduites de distribution pour éviter tout nouveau développement de microorganismes.

Mais avant la chloration, l’eau ne doit plus contenir de matière organique. Car même s’il y a très de matière organique (MO) dans l’eau, le chlore entraîne la formation de trihalométhanes (chloroforme, bromoforme, dichlorobromométhane, dibromochlorométhane) et de chloramines.

Pour se rendre compte de la quantité de MO présente dans l’eau, on peut mesurer la teneur en mg/l de COD (carbone organique dissous (COD) ou de COT (carbone organique total. (1)

Une teneur même faible en COD permet la formation de trihalométhanes (THM). Les THM provoquent des dysfonctionnements du foie et du rein et deux d’entre eux sont classés "peut-être cancérigènes pour l’homme".

Il faut aussi savoir que la présence de THM peut être préexistante dans les eaux captées avec pour origine une pollution industrielle.

Il existe d’autres méthodes de désinfection des eaux

- partie non achevée

.

Consultez aussi : L’eau potable : qualité et aspects sanitaires et réglementaires.


(1) Il existe maintenant des trousses de teste simple pour mesurer le COD