L’Est de la France pourrait manquer de fioul de chauffage à la suite de la rupture de l’oléoduc de la SPSE en Crau



Après l’annonce d’un possible manque d’électricité l’hiver prochain, voici maintenant un autre cri d’alarme : Dans l’Est de la France, on pourrait manquer de fioul de chauffage cet hiver !

En effet à la suite de la rupture de l’oléoduc de la SPSE en Crau, le 7 août 2009, dans la réserve naturelle nationale des Coussouls de Crau (13), les besoins de la région Grand Est sont juste satisfaits. Selon la Préfecture des Bouches-du-Rhône « cela ne permettra pas d’affronter des pics de consommation inhabituels en hiver. La sécurité d’approvisionnement de cette zone durant l’hiver 2009 est donc compromise si le pipeline n’est pas remis en service

Suite à cet incident, l’approvisionnement de cette région est perturbé. Deux raffineries sur quatre sont à l’arrêt faute de produit. Face à l’arrêt de ces moyens de production, des voies alternatives ont été mises en œuvre afin l’approvisionner "normalement". Ces moyens comprennent un flux accru de barges sur le Rhin, un renforcement du trafic dans les pipelines du réseau OTAN ou du Donges-Melun-Metz et un transport par voies ferrées. Actuellement, les besoins de la région Grand Est sont juste satisfaits, mais cela ne permettra pas d’affronter des pics de consommation inhabituels en hiver. La sécurité d’approvisionnement de cette zone durant l’hiver 2009 est donc compromise si le pipeline 40’’ n’est pas remis en service »

Dans l’attente d’essais à réaliser

Selon la préfecture de Bouches du Rhône, « sous le contrôle de la DREAL (Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) la SPSE a procédé à des travaux de réparation et de renforcement du pipeline sur tous les tronçons de tube présentant un défaut non acceptable par l’administration. De plus il a été demandé à SPSE de prouver que ce pipeline est capable de fonctionner pendant une durée de six mois, à une pression réduite de 29 bar contre 40,5 bar avant l’accident, sans risques d’éclatement. Pour cela, l’administration a demandé que soit réalisé un test de résistance en eau à la pression de 43,5 bar, soit à 150% de la pression réduite de service, sur les 16 tronçons du pipeline de Fos sur Mer jusque dans le département du Doubs.

Les essais débuteront lundi 30 novembre et dureront environ un mois. Si les essais sont concluants, la réhabilitation du pipeline devrait permettre au préfet d’autoriser son fonctionnement.

Ces actions permettront à terme de sécuriser l’approvisionnement en combustibles pétroliers de la région dite "Grand Est" de la France par le redémarrage du transport par la branche nord du 40" SPSE et la relance de la production de la raffinerie ».

On peut se demander pourquoi ces essais n’ont pas commencer plus tôt. Le pipeline Sud-européen transporte, paraît-il, plus de 20 millions de tonnes du pétrole brut par an.

.

Voir aussi nos page concernant cet oléoduc :

- L’oléoduc qui a « lâché » 4.000 m3 de pétrole brut dans la réserve naturelle nationale des Coussouls de Crau (13) passe aussi… dans l’Est pour rejoindre l’Allemagne et la Suisse.

- Pipeline Sud Européen et pipeline du Jura : la CPEPESC demande communication des études de sûretés.

+ récente ( du 10/12/2009) :

- Pipeline Sud Européen vers une remise en service réduit pour 6mois