Installations et barrages ne respectant pas le débit nécessaire à la vie de la rivière.



JPEG - 820.2 ko

Installés sur un cours d’eau, les barrages, dérivations, installations de pompages (industrie, captages,…) peuvent détourner et réduire énormément le débit d’une rivière.

Leurs impacts sont considérables surtout lors des périodes de basses eaux (sécheresse) s’ils ne laissent pas passer dans le cours d’eau un écoulement suffisant : augmentation de température, baisse du taux d’oxygène dissous, développement de l’eutrophisation,... C’est la survie de la faune aquatique qui est menacée.

Les barrages constituent par ailleurs des obstacles infranchissables à la circulation des poissons et à celle des sédiments qu’ils piègent et accumulent. (Les passes à poisson dont sont dotés certains ouvrages ne solutionne qu’imparfaitement le problème).

La législation sur l’eau réglemente le fonctionnement de ces installations en fixant les caractéristiques du débit minimum à respecter. Le "débit réservé". Ce débit biologique minimum n’a pas toujours respectés...

Le débit réservé ne doit pas être inférieur au 1/10ème du module (débit moyen multi-annuel du cours d’eau) selon article L214-18 du Code de l’Environnement.