Ils avaient cru au Père Noël. La Fondation Nicolas Hulot suspend sa participation au Grenelle de l’environnement.



JPEG - 10.8 ko
Il y a pourtant urgence !

Retour sur terre pour La Fondation Nicolas Hulot. L’abandon - de la taxe carbone a semble t il été la goutte d’eau de trop dans le vase du processus du Grenelle.

Dans son communiqué du lundi 29 mars 2010, qui annonce la suspension de sa participation aux groupes de travail menés par le gouvernement, la Fondation Hulot précise : « L’abandon pur et simple de la taxe carbone, alors qu’un processus de concertation était en cours, est symptomatique d’un net recul de la classe politique qui, à droite comme à gauche, n’a pas pris la mesure des enjeux écologiques, et les considère essentiellement comme une variable d’ajustement politique ». Elle ajoute, « La prise en compte de l’écologie ne doit pas être opportuniste ».

Mais à y regarder de près, le Grenelle de l’Environnement, n’a-t-il pas été qu’un coup très politiquement opportuniste du président Sarkozy ? Celui-ci n’avait d’ailleurs jamais fait preuve avant son élection de très grandes convictions écologiques.

D’autre part il ne faut pas imputer à toute la classe politique, l’érosion des propositions du Grenelle par le parti du Président, majoritaire au Senat et l’Assemblée Nationale ! D’ailleurs c’est bien ce parti qui semble aujourd’hui le plus satisfait de l’abandon regrettable de cette taxe carbone.

Quant au citoyen de base, à penchant écolo, il n’a pas été dupe très longtemps.