« Grenelle1" adopté : L’éternel retour des infrastructures de transport inutiles comme le projet scandaleux d’un grand canal entre Rhin et Rhône.



JPEG - 762.2 ko

Le projet de loi de mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement dit « Grenelle1 » vient enfin d’être adopté après plus d’un an passé au Parlement.

Deux dispositions de la loi Grenelle 1 témoignent de la grande difficulté à véritablement aller dans le sens d’une rupture en matière d’infrastructures de transports.

Dans l’article 9 est insérée une disposition qui vise la finalisation « dans les meilleurs délais » des « grands itinéraires autoroutiers ». Et pourtant, la suprématie de la route avait été largement remise en cause durant le Grenelle de l’environnement.

Avec un million de kilomètres de routes, la France concentre 21% du réseau routier de l’Union européenne. Les engagements du Grenelle en ce sens sont clairs, et rappelés par le Président Sarkozy dans son discours de clôture des travaux du Grenelle : « Le paradigme actuel, fondé sur la priorité accordée aux infrastructures routières et autoroutières (…) doit être abandonné. »

La Loi Grenelle 1 remet de plus au goût du jour un vieux projet scandaleux d’un Canal entre le Rhin et le Rhône. Canal pharaonique qui avait été abandonné il y a plusieurs années, grâce à la mobilisation associative soutenue par les populations, il est d’une inutilité sociale et économique totale et implique des dommages sans précédant pour l’environnement. Via l’adoption d’une disposition prévoyant des études complémentaires entre les bassins de la Saône et de la Moselle, le spectre du canal Rhin-Rhône refait son apparition.

(Extrait du communiqué du 23 Juillet 2009, FNE)


Word - 64 ko
Extrait "Transports" de la loi Grenelle 1