Girobroyage intensif anti biodiversité en Haute-Saône.



JPEG - 919.8 ko
Clic pour agrandir.

La CPEPESC a constaté en fin de semaine dernière que des travaux de girobroyage intensifs étaient actuellement menés sur les talus de la voie ferrée sur le territoire des communes de Montigny-lès-Vesoul et de Vaivre-et-Montoille (70).

Des travaux destructeurs pour la biodiversité

Ces travaux conduits en pleine période de reproduction ont un effet particulièrement destructeur sur la flore et la faune sauvages. Tous les éléments naturels (plantes, arbustes et ligneux) ainsi que leurs occupants (passereaux, reptiles, entomofaune) ont fait les frais de ces opérations. Et nul doute que celles-ci ont contribué à détruire des habitats d’espèces protégées.

La CPEPESC Franche-Comté ne manquerait d’ailleurs pas de déposer plainte contre de telles pratiques destructrices si des infractions étaient constatées. La Police de l’environnement (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) a d’ailleurs été sollicitée.

L’exemple du Territoire de Belfort

De tels agissements qui font fi de la biodiversité et du vivant d’une manière générale relancent le débat sur la nécessité de disposer en Haute-Saône d’un dispositif réglementaire adapté comme celui qui a cours dans le Territoire de Belfort, certes encore incomplet mais qui a le mérite d’exister, et qui interdit expressément l’arrachage et l’arasement de haies entre le 1er mars et le 15 août.

JPEG - 312.6 ko
Clic pour agrandir.


NDLR :

A la suite de la publication dans la presse régionale de ce communiqué et probablement de l’intervention de l’ONCFS alertée par l’association, les travaux ont été interrompus.