Fauchage d’OGM : ce n’était pas les bons délinquants qu’on jugeait !



La Justice est humaine. Et bien qu’elle soit une sorte d’émulation du pouvoir en place, ses juges - conscients qu’ils le sont d’abord devant les hommes - rendent parfois une justice digne de Salomon.

Ainsi le 9 décembre les juges du tribunal correctionnel d’Orléans ont relaxé les 49 faucheurs volontaires accusés d’avoir « moissonné » ceux deux dernières années des champs de mais OGM cultivés dans le département du Loiret pour le compte de la firme international Monsanto, de plus en plus tristement connue à la surface de la planète.(Produsait l’agent orange utilisé au Vietnam)

Par ce sympathique retour de bâton, c’est le gouvernement lui-même qui se voit montrer du doigt dans son rôle pro-OGM par le tribunal d’Orléans. Celui-ci a reconnu l’existence du danger de la diffusion des gènes OGM dans l’environnement pour les espèces vivantes. Cette diffusion incontrôlée, les pouvoirs publics l’ont autorisée « contrairement au droit constitutionnel à un environnement sain" ont reconnu les juges. Pour eux, les faucheurs volontaires n’ont agi que par nécessité que pour pallier aux décisions irresponsables des pouvoirs publics.


Dernière nouvelle bien symptomatique : Monsanto et le Ministère public vont faire appel, de concert, de ce jugement.

A suivre.