Environnement : Les DDA et DDE fusionnent en DDT !



JPEG - 12.6 ko
Oui ! Mais pour quoi faire ?

On aurait pu trouver mieux. DDT ! Ce sigle rappelle d’abord ce pesticide poison des années 1940 répondant au doux nom chimique de dichlorodiphényltrichloroéthane... Espérons cette fois moins d’effets toxiques.

La DDT (Direction Départementale des Territoires)

Début 2010, dans chaque département la nouvelle DDT est créée par fusion des anciennes DDE (direction départementale de l’équipement), des anciennes DDE et DDAF (qui avait déjà été regroupées dans certains départements pour constituer une DDEA) et du bureau environnement de la préfecture.

La Direction Départementale des Territoires (DDT) est chargée de mettre en œuvre les politiques d’aménagement et de développement durables des territoires.

A ce titre, elle assure la promotion du développement durable, veille au développement et à l’équilibre des territoires, tant urbains que ruraux, et y participe à travers les politiques agricoles, d’urbanisme, de logement, de construction et de transports.

Cette nouvelle organisation départementale concerne toute la France métropolitaine, hors Ile-de-France pour l’instant.

La DDT fait partie de la DDI (Direction Départementale Interministérielle)

Par décret, a été créé dans chaque département à compter du 1er janvier 2010 une DDI (Direction Départementale Interministérielle) qui comporte elle même selon la taille du département 2 ou 3 directions :

- la DDT (Direction Départementale des Territoires) ( ..et de la mer : DDTM dans les départements littoraux) ;

- une direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations dans 46 départements sur 88.

ou

- une direction départementale de la cohésion sociale
- et une direction départementale de la protection des populations dans 42 départements


NDLR :

Il faut rappeler la création il y a un an des DREAL (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), par la fusion des anciennes DIREN, DRIRE, DRE, c’est donc maintenant au tour des administrations départementales de l’État de fusionner. L’objectif inavoué de ces opérations est flagrant : réduire au maximum le nombre d’agents publics et noyer les préoccupations environnementales dans d’autres politiques qu’elles dérangent. ( Voir notre page Après les DIREN, voici les DREAL).