En Australie, AREVA n’a pas bonne mine (d’uranium) ! Un aborigène australien lui a arraché des griffes sa terre ancestrale, la région de Koongarra.



JPEG - 12.7 ko
Jeffrey Lee. Exemplaire !

AREVA vient de connaitre une défaite majeure sur ses projets de mines d’uranium en Australie .

Le 7 février 2013, une loi australienne a intégré la zone du Koongarra dans le parc national du Kakadu, lui-même classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Cette décision condamne définitivement les projets d’Areva d’ouvrir à Koongara une gigantesque mine d’uranium qui aurait causé des dommages effroyables et irréversibles à l’environnement et mis en cause la santé des êtres vivants.

Le mérite de cette victoire revient en grande partie à un homme admirable, le dernier propriétaire traditionnel (Aborigène) de la région, Jeffrey Lee, qui aurait à ce titre pu devenir l’homme le plus riche d’Australie en acceptant les millions de dollars proposés par Areva. Notons que cette dernière aurait alors engrangé des milliards, et non des millions, en cas d’ouverture de la mine.

L’exemple de Jeffrey Lee donne du courage à tous les citoyens qui s’engagent contre les grands projets industriels polluants, contre l’arbitraire, pour la solidarité, la démocratie et l’environnement.

.

En savoir plus :

- Lire le communiqué du 18 février 2013 de l’Observatoire du nucléaire.