EUROPEENNES : il faut mettre l’écologie au cœur des choix politiques, maintenant



Sans vouloir faire de la politique - mais défendre l’environnement n’est-ce pas "faire de la politique au sens noble du terme" ? - il est impossible de ne pas faire écho sur notre site au remarquable résultat d’EUROPE ECOLOGIE aux élections européennes.

Aussi, c’est avec grand plaisir que nous publions ce communiqué de Thierry GROSJEAN, président de la CAPEN 71, mais qui était aussi candidat sur la liste d’Europe Ecologie dans l’Est. Beaucoup connaissent son profond attachement à sa liberté de parole. Les points cités n’ont pas cessé d’être soutenus dans la campagne de cette liste, comme l’abandon du projet de canal à grand gabarit Rhin Rhône (Moselle ou Saône)…

Le webmestre F. Devaux.

.

EUROPEENNES : foin des discours et des promesses, il faut mettre l’écologie au cœur des choix politiques maintenant

JPEG - 34.1 ko
Thierry GROSJEAN et Sandrine BELIER

« Dans la morosité ambiante, nombre d’électeurs et électrices ont placé l’urgence écologique et sociale au cœur de leurs préoccupations. Le gouvernement, les collectivités devraient tirer les leçons de ce scrutin en abandonnant les projets écologicides, en contradiction avec la cosmétique environnementale ajoutée à leurs programmes.

Se battre le dos au mur, sans moyens, sans reconnaissance et même contre l’hostilité méprisante de nombre d’élus …n’est pas dans notre vocation. Le mouvement associatif a largement participé au succès de la liste Europe Ecologie.

Il demande aujourd’hui que soient abandonnés des projets qui sont en contradiction avec les affirmations post-électorales d’une « intégration de l’écologie et de l’environnement dans les décisions publiques » :

- industries : abandon de la réforme qui permet un assouplissement inacceptable des conditions d’autorisation et de contrôle des activités industrielles, devant entrer en vigueur avant le 17 juin ; abandon des projets d’enfouissement du CO2 ; abandon de tout projet de construction de « nouvelles » centrales nucléaires…

- agriculture : interdiction immédiate de l’insecticide CRUISER

- transport et aménagement du territoire : abandon des branches Sud et Ouest de la LGV Rhin Rhône, de la liaison fluviale grand gabarit Rhin Rhône (Moselle ou Saône) ; non à l’autoroute à péage ( RCEA ) ; abandon de l’expérimentation des « méga-camions ».

- application stricte de la loi sur le bruit concernant le circuit de Bresse

- interdiction des antennes relais de téléphonie mobile à proximité des écoles, hôpitaux, maison de retraite etc…et limitation de la puissance à 0,6 v/mètre.

Le Grenelle de l’environnement, dont le mérite est d’avoir rapproché des acteurs de terrain ( syndicats, associations.. ) a été vidé de son contenu sous la pression des lobbies. Avec les ONG environnementales, nous demandons la reprise d’un dialogue environnemental et social qui a été remplacé par la répression et l’intimidation des lanceurs d’alerte. Notamment :

- une position exemplaire de la France pour les négociations climatiques à COPENHAGUE en décembre et au parlement européen.

- le retour à l’esprit initial du Grenelle : nous refusons la « karchérisation » du Code de l’environnement ( suppression des enquêtes publiques, contraire aux lois européennes et à la Constitution française)

- une réforme profonde de la fiscalité écologique : fiscalité dissuasive et incitatrice pour combattre l’incinération des déchets ; écotaxe sur les poids lourds ; aides à la conversion à l’agriculture biologique…

- réorientation du plan de relance pour créer les conditions socialement et écologiquement gagnantes (emplois relocalisés..) d’une économie verte : automobiles, économies d’énergie dans le bâtiment, énergies renouvelables…

- création de trames vertes et bleues opposables pour stopper le déclin de la biodiversité

- instauration d’un dialogue permanent entre les collectivités et les représentants associatifs

Le projet d’Europe Ecologie est celui qui répond le mieux aux crises écologiques, sociales, financières, bien qu’il soit encore méconnu de nombre de citoyens. Nous avons encore une large marge de progression et de quoi faire rêver.

T.GROSJEAN