Du PCB dans les rivières proches du Tricastin : les préfets y interdisent la consommation de toutes les espèces de poissons pêchés



JPEG Le Préfet de Vaucluse et le Préfet de la Drôme ont pris un arrêté d’interdiction de pêche en vue de la consommation et de la commercialisation de toutes les espèces de poissons pêchés dans les cours d’eau de la Gaffière, du Lauzon, de la Mayre Girarde et de leurs affluents, et dans le lac du Trop Long. Cours d’eau voisins de la centrale du Tricastin à Saint-Paul-Trois-Châteaux (26).

Cette nouvelle mesure d’interdiction de pêche pour consommation et commercialisation s’inscrit dans le cadre du plan national de lutte contre la pollution par les PCB qui prévoit, notamment, des mesures d’interdiction concernant les poissons de fonds et les anguilles du Rhône. Ainsi, il a été déjà recommandé en juillet 2009 de ne pas consommer les anguilles pêchées sur le linéaire de certains cours d’eau (Ouvèze, de la confluence avec le Rhône à la confluence avec la Sorgue, Sorgue de Velleron en aval de la prise du canal Berthet, Sorgue d’Entraigues, à l’aval du seuil de Valobre, canal de Gigognan, Vallat Mian). La pêche de loisir y est cependant autorisée.

Cet arrêté fait suite à des études environnementales récemment réalisées à l’initiative de la direction AREVA Tricastin autour du site dans un souci de renforcer la surveillance environnementale de ses activités. La direction du site a transmis aux Préfets de Vaucluse et de la Drôme des résultats d’analyses montrant la présence de PCB à des taux supérieurs aux valeurs admises pour la consommation des poissons pêchés dans les cours d’eau de la Gaffière, du Lauzon, de la Mayre Girarde et du lac du Trop Long.

Au vu de ces résultats, les Préfets de Vaucluse et de la Drôme ont pris un arrêté inter-préfectoral interdisant la pêche en vue de la consommation et de la commercialisation de toutes les espèces de poissons pêchés sur la Gaffière, le Lauzon, la Mayre Girarde et leurs affluents, et le lac du Trop Long.

Ces interdictions revêtent un caractère permanent jusqu’à ce qu’il soit établi par des analyses complémentaires la preuve de l’absence de risque pour la santé publique.

Ces informations sont tirées d’un communiqué diffusé le 20 novembre 2009 par la préfecture de la Drôme qui, bien sur, ne précise pas d’où proviennent ces PCB .


.

Information ultérieure à cet article

La mairie de Bollène (84) a porté plainte pour pollution des eaux le 30 novembre 2009.