Des nouvelles du projet de passage à faune de route des Microtechniques (Besançon - La Suisse ) !



En 2005, la CPE était heureuse d’annoncer la décision de l’exécutif du Conseil général du Doubs (CG 25) d’aménager un passage à faune à hauteur des Ages de Loray sur la RD 461 (mise à 2 x 2 voies entre Etalans et la Suisse).

Cette décision était prise après que notre association ait saisi le CG 25 au cours de l’enquête publique et postérieurement à la l’autorisation de travaux de la route départementale.

JPEG - 23.3 ko

Le 17 octobre dernier, la CPE était conviée par Madame voidey, présidente de la 5e commission "route et infrastructures" au CG 25, à une réunion de présentation de l’opération en présence des services techniques et administratifs du département. L’élaboration et la conception du passage à faune ont été confiées à deux bureaux d’étude (ARTCAD Etudes et SOBERCO architecture et paysage) connus pour leur expérience dans ce domaine.

L’ouvrage projeté est un passage à faune spécifique supérieur : large de 12m sur une emprise de chaussée de 30 m. Il sera implanté à environ 400 m à l’ouest de l’échangeur d’Orchamps-Vennes. Plusieurs variantes ont été étudiées pour optimiser le coût (évalué à 1,5 million d’euros) et réduire la longueur du franchissement pour la faune tout en rétablissant les dessertes agricoles.

Plusieurs points ont été abordés : la longueur de l’engrillagement prévu de part et d’autre de la chaussée (environ 2000 ml), le revêtement utilisé pour les dessertes agricoles, l’aire de retournement pour les exploitants forestiers, l’aménagement paysager aux abords et dans l’ouvrage et sa largeur. Sur ce dernier point,notre association a exprimé ses inquiètudes au regard des retours d’expériences disponibles. En effet, grâce au suivi vidéo (caméra infrarouge), nos voisins suisses ont par exemple montré la moindre efficacité des structures inférieures à 50 m de large. http://www.umwelt-schweiz.ch/buwal/fr/medien/umwelt/2001_1/unterseite13/index.html

Des remarques seront à nouveau faites en ce sens aux services techniques du CG 25, même si le projet est aujourd’hui bien avancé.

Pour terminer, nous avons demandé au CG 25 de mettre en place un suivi et de valoriser autant que faire se peut cet ouvrage, premier de ce type construit sur une route départementale. Le suivi devrait être assuré par un bureau d’études, sans doute sous la forme d’un piège à empreintes. La valorisation pourrait s’appuyer sur le support vidéo.

Cet ouvrage devrait être opérationnel en 2007 si le calendrier est maintenu.

Affaire à suivre.


Consulter le précédent article sur le sujet.