Dépôt d’ordures sur une propriété privée et pouvoir de police du Maire.



JPEG - 175.4 ko

« Aux termes des dispositions des articles L. 2212-1 et L. 2212-2 du code général des collectivités territoriales, le maire est chargé, sous le contrôle administratif du représentant de l’État dans le département, de la police municipale. Celle-ci a notamment pour objet d’assurer le bon ordre, la sécurité et la salubrité publique.

À cet égard, relève du maire « le soin de prévenir par des précautions convenables et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux, ainsi que les pollutions de toute nature ».

Il appartient, en conséquence, au maire, en vertu de son pouvoir de police municipale, de faire cesser, après une mise en demeure au propriétaire restée sans suite, la cause d’insalubrité et d’insécurité que constitue, par exemple, un dépôt d’ordures sur une propriété privée (CE 27 mai 1987, req. n° 65803).

Une carence du maire sur ce point est constitutive d’une faute lourde de nature à engager la responsabilité de la commune » (CE 28 octobre 1977, commune de Merfy).

(Réponse du Ministère de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales publiée au JO Sénat du 19/08/2010, p. 2159 suite à une question écrite n° 10233 de J. L. Masson, sénateur de Moselle).