De l’uranium dans les ordures... au centre de stockage des déchets de Courlaoux (39)



Page de couverture du journal Le Progrès, édition du Jura, le 30 juillet 2008. {JPEG} A la suite de la découverte le 26 juillet 2008 d’une vingtaine de petits blocs d’URANIUM au centre départemental de stockage de déchets de Courlaoux, dans un sac d’engrais, à l’intérieur d’une benne de déchets banals arrivée Champagnole au début du même mois, l’association a décidé, le 15 août 2008, de se constituer partie civile dans cette curieuse affaire.

Ces faits sont en effet graves et dangereux. La réponse ne peut être une simple enquête administrative ...

L’association souhaite en effet qu’une enquête judiciaire poussée soit conduite, non seulement pour essayer d’identifier le, ou les responsables, mais aussi pour déterminer l’origine des ces éléments et chercher à vérifier si d’autres stocks radioactifs ne se trouvent pas encore dans l’environnement et peut être au voisinage des populations...

Par ailleurs il ne faut pas perdre de vu que cet élément peut alimenter un trafic ou être utilisé à des fins criminelles par des personnes mal intentionnées. Ceci est d’autant à prendre en compte que ces éléments ont été volés et détournés comme l’indiquait l’emballage d’accompagnement selon les phots parues dans la presse : « C.E.A, division de Vendée, minerais d’uranium ». Dans quels buts ?

Des investigations sérieuses ne devraient pas manquer de s’intéresser à cet Etablissement qui semble être à la fois l’éditeur de l’étiquette et le propriétaire des minerais volés.