ERIKA : L’addition pour TOTAL



Mercredi soir, 16 janvier 2008, au bout d’un long procès devant le tribunal correctionnel de Paris, le verdict en est enfin tombé dans l’affaire du naufrage du pétrolier Erika en décembre 1999, responsable d’une gigantesque marée noire sur 400 km de côtes de la Bretagne.

Le pétrolier Total, reconnu coupable, est condamné à payer à une amende de 375 000 € pour son imprudence caractérisée. C’est d’ailleurs la première fois qu’un affréteur est ainsi reconnu en partie responsable d’une pollution maritime.

Ont été également condamnés : la société de classification RINA a 375000 €., l’armateur , Giuseppe Savarese et le gestionnaire Antonio, chacun à 75000 €. Le capitaine de l’Erika a été relaxé.

Un milliard d’euros était réclamé par les parties civiles

Le tribunal a également condamné les coupables à verser solidairement 192 MILLIONS D’EUROS DE DOMMAGES ET INTÉRÊTS aux parties civiles, dont 153 à l’Etat, le reste pour l’essentiel aux collectivités locales.

Quant aux associations parties civiles au procès, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) recevra 700 000€, Greenpeace 33 000 €, WWF 33000€.

C’est bien modeste par rapport au milliard d’euros qui était demandé. Seul l’Etat français, a obtenu extactement ce qu’il demandait en dommages et intérêts.

Alors que les bénéfices de Total s’envolent

C’est le premier jugement « sérieux » sur une affaire de pollution maritime pétrolière de cette envergure. Mais il n’a rien de révolutionnaire. A y regarder de près la sanction finale s’avère d’ailleurs bien légère. Dissuasive pour que les méthodes changent à l’avenir ?

En effet, tout cela n’est qu’une goutte d’eau dans les énormes bénéfices de Total annoncés pour 2007 supérieurs aux 12,5 engrangés en 2006 ! Certains responsables pétroliers auraient même poussé un ouf de satisfaction s’attendant à pire !

Ces automobilistes qui n’allaient plus chez Total

Depuis la gigantesque marée noire de l’Erika et la désinvolture de Total, des milliers de gens n’avaient pas attendu des années la sanction d’un jugement. Ils ne mettaient plus les pieds chez Total !

Vont-ils trouver la sanction rendue mercredi par le tribunal suffisante ? De toute façon avant de prendre une décision, ils ne manqueront cernement pas d’attendre une dizaine de jours pour savoir si Total, reconnaît sa faute, ou fait appel de la sanction.


A noter, que TOTAL devrait également répondre à la rentrée 2008 devant la justice dans le dossier de l’explosion à Toulouse en 2001 de l’usine AZF (30 morts !).

NDLR : TOTAL à fait appel voir page Après l’addition, nouveau calcul pour TOTAL qui fait appel