Consultation aéroport de NOTRE-DAME-DES-LANDES : 45% des citoyens ont tout de même répondu NON !



.

Dans la consultation par votes voulue par François Hollande des seuls électeurs de LOIRE ATLANTIQUE le OUI l’a emporté dimanche 26 juin 2016. (55,17% pour le oui et 44,83% pour le non).

Mais 45% des votants ont tout de même répondu NON. Ce n’est pas rien !

On peut même y voir une bonne surprise tant sont grandes et diffuses les pressions des lobbys affairistes qui exercent leurs influences, comme pour tous les projets inutiles, sur le bon peuple et ses décideurs, dissimulant leurs voraces appétits de profits derrière les éternels arguments mensongers du développement et de l’emploi.

Un Pouvoir républicain, peut-il laisser construire un équipement de cette importance et aussi nuisible contre l’avis d’une fraction aussi importante de la population ?

Comment peut être qualifié « d’utilité publique » un projet rejeté par plus de 4 personnes sur 10 ?

Constatons que les mentalités évoluent. Les citoyens de plus en plus conscients des enjeux actuels ne prennent plus pour argent comptant les informations anesthésiantes ou les promesses présidentielles ou autres qu’on leur délivre. Ils en ont probablement marre de ce double langage qui prétend vouloir sauvegarder la planète et manœuvre pour organiser le bétonnage ou le remblayage des milieux, la destruction des terres agricoles, l’asséchement des zones humides, l’artificialisation de la Nature, avec pour conséquence la disparition progressive des espèces, la pollution, la dégradation du cadre de vie.

Par cette consultation, le Président n’a cherché qu’à se défausser sur le citoyen d’une décision gênante parce qu’intrinsèquement mauvaise estimant certainement qu’il n’y aurait qu’une infime minorité à voter contre. (frD)

Pour la fédération F.N.E., Notre-Dame-des-Landes : c’est le crash de la pseudo démocratie participative inventée par le gouvernement.

Dans un communiqué FNE a rappelé qu’elle a fait campagne pour le NON avec d’autres organisations, bien que les modalités de cette consultation soient contestables et qu’elle les ait contestées devant les tribunaux.

En effet, pour cette consultation, le périmètre retenu n’était pas bon, la question était mal posée et le dossier fourni au public ne permettait pas de comprendre ni de comparer les conséquences réelles des options envisageables. Faute d’être l’occasion d’un réel réexamen du dossier tenant compte des enjeux de 2016 plutôt que de ceux du siècle passé, cette consultation ne donne ni solution claire ni légitimité à ce projet.

Respect du vote des citoyens sur un périmètre mal choisi ou respect des procédures en cours et de la parole donnée ?

Quelle légitimité accorder à une consultation qui oublie de nombreux citoyens concernés et qui a posé une question imprécise ? Par ailleurs, il est clair que l’amalgame entretenu par les partisans de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes entre transfert de l’aéroport nantais et évacuation de la ZAD a faussé la consultation.

FNE rappelle en outre, que pas moins de cinq recours juridiques sont encore sur le bureau des juges et que la Commission européenne attend une évaluation environnementale globale avant de se prononcer sur la pertinence du projet.

De fait, une question complémentaire se pose : le président de la République va-t-il une fois de plus contredire sa parole avec ses actes, ou au contraire saura-t-il respecter son engagement de début d’année consistant à attendre la fin des recours plutôt que de débuter des travaux illégalement ?

Ce vote ne légitime ni le projet Notre-Dame-des-Landes ni le procédé « référendum »

Étant donné le périmètre incohérent et la partialité de l’information délivrée par la CNDP et certaines collectivités pro-bétonnage à l’attention des citoyens, il est difficile d’affirmer que ce vote légitime un projet qui continue d’être rejeté au plan national (cf le sondage d’Opinionway de cette semaine qui, au plan national, montrait que 60% des Français étaient opposés au projet d’aéroport)

Par ailleurs le bricolage du code de l’environnement engagé pour pouvoir organiser cette consultation est regrettable, mal pensé, médiocrement mis en œuvre et parfaitement néfaste pour la protection de la nature et de l’environnement, indispensable aux générations actuelles et futures Ainsi FNE estime que les outils démocratiques pour régler les problèmes posés par des dossiers à enjeux environnementaux complexes et transversaux sont encore à inventer !

Le combat continue, collectivement !

La façon dont s’est déroulée cette consultation renforce notre détermination à empêcher la construction de cet aéroport.

Pour le président de FNE : « Au-delà du dossier de Notre-Dame-des-Landes, la démarche pseudo participative entreprise ici par le gouvernement n’a nullement vocation à être reprise ailleurs, faute de garanties suffisamment démocratiques portant sur l’élaboration et les conditions de la consultation de la population ».