Condamné pour pillage de minéraux dans une ancienne mine de Haute-Saône, il avait déclaré au juge qu’il était « claustro » !



JPEG - 931.5 ko
Lors de l’enquête, dans la mine.

Ca fait des lustres que la CPEPESC surveille une ancienne mine des Vosges haute-saônoises qui présente à la fois un intérêt écologique (présence de chauves-souris) et archéologique (vestiges & patrimoine minier), et n’hésite pas à saisir la justice lorsque cela est nécessaire, tout particulièrement contre les pilleurs d’anciennes mines.

C’est ainsi qu’un couple de Vosgiens a été convoqué le 16 juillet 2010 devant le tribunal correctionnel de Lure. Collectionneur, l’homme récupérait les « pierres » (hématites, agates...), tandis que son amie participait à la vente sur internet.

Le prévenu était non seulement un pseudo-claustro, mais aussi un mauvais menteur : « Je ne suis pas rentré dans la galerie : quand j’ai vu les barreaux [de la grille], je suis reparti ». Photos à l’appui, les deux membres représentant la CPEPESC à l’audience ont montré au tribunal, que masqués derrière un mur, les barreaux ne sont visibles que depuis l’intérieur de la mine !

Le couple a été déclaré coupable des faits reprochés. Le tribunal a condamné l’homme à un mois de prison avec sursis et 600 € d’amende dont 300 € avec sursis. Son amie a écopé de 300 € d’amende. Le couple est condamné à verser 1 500 € de dommages et intérêt à la CPEPESC.

Un jugement qui espérons-le servira de leçon : Les pilleurs de minéraux doivent réaliser que les sites protégés sont surveillés et que l’on peut être lourdement sanctionné ce genre d’activité.