Censure du débat public : le réacteur nucléaire EPR craint les avions !



Le retour des censeurs

Un bref article paru dans "Le Nouvel Observateur" du 22 au 28 septembre 2005 lève le voile sur les turpitude du secret défense :

" Censure nucléaire

Dans le cadre du débat public sur le réacteur nucléaire EPR, destiné à succéder aux centrales actuelles, le Réseau Sortir du Nucléaire a appris le 13 septembre que six lignes de sa contribution écrite au débat seraient supprimées.

Jean-Luc Mathieu, président de la Commission particulière du débat public consacrée à l’EPR, justifie cette censure par le fait que Sortir du Nucléaire avait cité un document classé « confidentiel défense ». Le passage supprimé fait référence au risque d’un crash d’avion de ligne sur l’EPR et précisait que les hypothèses utilisées « ne devraient pas figurer dans les rapports de sûreté accessibles ou susceptibles d’être accessibles publiquement ».

Cette péripétie, qui révèle la relativité de la transparence des pratiques d’EDF, aura eu le mérite de divulguer l’information que les autorités voulaient cacher : on ne peut garantir que l’EPR résisterait à un crash suicide style 11-Septembre".


Le Réseau "Sortir du nucléaire" estime qu’il est du devoir du gouvernement français de communiquer ce document "Confidentiel défense" à la Finlande, la Chine et les USA, pays où Areva entend construire des réacteurs EPR.

Au delà de l’EPR (pas encore construit), il y a donc actuellement en France 58 réacteurs nucléaires qui ne résistent pas à un crash suicide, sans oublier les sites nucléaires de La Hague, Cadarache ou Marcoule...