CRISE CLIMATIQUE, PROTEINES, POLLUTION. Un rapport sur l’intérêt de produire et de consommer des légumes secs



PDF - 6.9 Mo

LENTILLES, POIS CHICHES ET AUTRES HARICOTS SECS COMME UNE SOLUTION FACE A LA CRISE CLIMATIQUE

D’une part, l’introduction de la culture des légumes secs dans les rotations culturales permet de diminuer les apports d’engrais azotés, fortement émetteurs de gaz à effet de serre et de pollution des eaux. D’autre part, leur introduction dans les régimes alimentaires humains permet de diversifier les sources de protéines, en remplacement de la viande, contribuant ainsi à des régimes alimentaires moins émissifs en gaz à effet de serre, moins couteux et bons pour la santé.

La France faible consommateur et producteur de légumes secs

Bien que notre consommation française soit deux fois plus faible que la moyenne européenne, nous importons de 80% de nos besoins en légumes secs ! . Des politiques publiques ambitieuses sont donc nécessaires pour soutenir le développement de la production et de la consommation des légumes secs. Pour maintenir l’élévation de la température moyenne mondiale en deçà de 2°C, voire de 1,5°C. Or, l’agriculture et l’alimentation et notamment les légumes secs, y ont un rôle à jouer !

Tout cela est mis en lumière dans un rapport que vient de publier l’association Réseau Action Climat et l’entreprise associative SOLAGRO.

Pour télécharger la publication, cliquez sur l’image.