Buxerolles (21) : des atteintes intolérables à la forêt consécutives à un emploi non maitrisé d’un herbicide par un agriculteur



Selon l’article 1 de l’arrêté ministériel du 4 mai 2017 relatif à la mise sur le marché et à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques et de leurs adjuvants visés à l’article L. 253-1 du code rural et de la pêche maritime, « quelle que soit l’évolution des conditions météorologiques durant l’utilisation des produits, des moyens appropriés doivent être mis en œuvre pour éviter leur entraînement hors de la parcelle ou de la zone traitée. En particulier, les produits ne peuvent être utilisés en pulvérisation ou poudrage que si le vent a un degré d’intensité inférieur ou égal à 3 sur l’échelle de Beaufort ».

Visiblement à Buxerolles, ces prescriptions n’ont aucunement été respectées, comme en témoigne la photo ci-après prise le 31 juillet dernier, sinon comment expliquer que le système foliaire des arbres et arbustes en lisière sud du Bois de la Rotière, sur au moins 600 mètres linéaires, soient complètement « grillés » !

JPEG - 28.9 ko
Cliquez pour agrandir

En d’autres termes, l’exploitant responsable des dits traitements, a procédé sans discernement, de façon négligente et imprudente, à l’épandage d’un herbicide sur sa parcelle sans prendre de dispositions pour éviter la dérive du produit sur le bois voisin. On imagine les conséquences s’il s’était agi d’un cours d’eau.

Face à ce constat, la CPEPESC a sollicité la DDT et l’ONCFS de Côte-d’Or afin que ces services de l’État procèdent, dans le cadre de leurs prérogatives respectives, aux contrôles nécessaires avant prise de sanctions.