Bromadiolone : Réaction d’un "agriculteur impliqué dans la lutte raisonnée" et réponse de la cpepesc



JPEG - 461.8 ko
Sillons de "traitement" à la bromadiolone.

Le 17 décembre 2008, Mr D. X. agriculteur à Frasne (25) adresse un message à la CPEPESC :

« Je me sens concerné par le traitement bromadiolone étant donné que je l’ai utilisé. Cela peut donner lieu effectivement à un grand débat ... nous aurons peut-être l’occasion d’en reparler.

Mais sur l’article paru sur le site de Frasne et signé de votre association - dont il est impossible d’ailleurs de savoir qui sont les responsables - vous prétendez que nous sommes hors la loi, prétextant que nous ne respectons pas l’arrêté préfectoral.

Or si vous savez lire, vous verrez qu’il y a certaines dérogations, notamment quand on est impliqué dans la lutte raisonnée, ce qui est le cas pour moi.

Mais malheureusement cet aspect -là ne paraît pas dans l’article, d’où

• fausse information de votre part,

• qui implique une malhonnêteté de notre part alors que c’est vous qui avez mal interprété l’arrêté préfectoral, incitant le lecteur à nous juger coupable d’un acte prétendument illégal ».

La réponse de la CPEPESC

« Votre message du 17 décembre dernier, nous a d’abord conduit à aller immédiatement vérifier sur www.frasne.net, si les informations reprises sur ce site avait été modifiées depuis leur mise en ligne par le gestionnaire de ce site web, il y a maintenant près d’un mois. Il n’en est rien, l’information relayée sur ce site étant toujours la suivante : "ENVIRONNEMENT - Bromadiolone : mortalité de faune sauvage en série dans le Haut-Doubs et en particulier à Frasne. Pour plus d’informations, voir le site : http://www.cpepesc.org "

Un clic sur le lien disponible, renvoie sans détour à la page suivante de notre propre site Internet (http://www.cpepesc.org/Bromadiolone-mortalite-de-faune.html) que nous avons relu avec attention pour essayer de comprendre votre réaction.

Voici donc nos remarques :

1) Nul part dans cet article (que vous pouvez relire ci-dessous en PS3 ou utilement reconsulter en ligne à l’adresse mentionnée ci-dessus), il n’est écrit que les agriculteurs sont hors la loi, ni même supposé qu’ils ne respecteraient pas l’arrêté préfectoral.

2) Nous n’occultons nullement non plus le fait que des dérogations de traitements sont officiellement prévues, puisque l’arrêté est intégralement téléchargeable sur notre site, directement accessible en un clic depuis l’article qui vous fait réagir et que c’est précisément l’existence de ces possibilités de dérogations que nous dénonçons, en dépit d’obtenir l’interdiction de l’usage même de la bromadiolone, que nous continuerons à réclamer à l’avenir.

3) Compte-tenu des nombreux cadavres d’oiseaux découverts à proximité des zones traitées sur le secteur de Frasne, il ne peut être reproché à notre association de faire le constat que l’usage de la bromadiolone dans la lutte contre le campagnol terrestre provoque une mortalité importante sur la faune sauvage, y compris sur des espèces protégées, ce qui a été démontré à plusieurs reprises par le passé et qui est toujours tristement d’actualité.

Espérant que ces quelques précisions vous aiderons :

- à mieux percevoir l’objectif poursuivi par notre association au titre de protection de l’environnement.

- à mieux vous rendre compte que l’usage de la bromadiolone détruit certes des campagnols (sans d’ailleurs vous rendre la surface en herbe déjà affectée), mais élimine radicalement aussi les prédateurs naturels de ce petit rongeur.

- à mieux comprendre que ce produit chimique, par sa toxicité et les dégâts qu’il occasionne sur l’environnement, ne rend pas service aux agriculteurs, et certainement pas à ceux qui vivent d’une production à forte valeur ajoutée comme le Comté, fondée sur l’authenticité de ce fromage et la qualité des pâturages à partir desquels il est produit.

Pour la CPEPESC Franche-Comté, Le Président, Michel LASSUS.

.

.

PS 1 : voici, pour votre information, le lien vers notre dernier communiqué en date du 15 décembre 2008 : http://www.cpepesc.org/BROMADIOLONE-la-neige-au-secours.html

PS 2 : La CPEPESC étant une association particulièrement active et agréée au titre de la protection de l’environnement, ses responsables bénévoles participent à de nombreuses instances officielles et interviennent publiquement de façon régulière. PS 3 : Bromadiolone : mortalité de faune sauvage en série dans le Haut-Doubs

A la mi-octobre, la Commission de Protection des Eaux est informée de la découverte de cadavres de 2 Milans royaux et d’un Renard roux sur les territoires des communes de REUGNEY-BOLANDOZ sur lesquelles venaient se pratiquer des traitements à la bromadiolone.

Ces informations ont immédiatement été portées à connaissance de l’administration qui a pris le 24 octobre 2008 un arrêté suspendant les traitements sur une vingtaine de communes du secteur du Haut-Doubs.

Malgré la promulgation de cet arrêté, il faut déplorer d’autres victimes découvertes sur la commune de FRASNE par des bénévoles et un chasseur dont les résultats d’analyse confirmeront sans doute l’intoxication à la bromadiolone : 1 Milan royal, 4 Buses variables, 3 Faucons crécerelle, et 1 Héron cendré.

Ces observations ne sont que « la partie émergée de l’iceberg ».

Force est de constater que malgré les progrès accomplis dans la méthode de lutte contre le Campagnol terrestre, les effets collatéraux sur la faune non-cible restent prégnants. Depuis le commencement, la CPEPESC réclame clairement et sans aucune concession l’interdiction de l’emploi de la bromadiolone, elle continue à penser aujourd’hui que cette lutte chimique est un non sens biologique et écologique. • Arrêté préfectoral du 24 octobre 2008 - 158.2 ko, en téléchargement depuis http://www.cpepesc.org/Bromadiolone-mortalite-de-faune.html