Amérique latine : accroissement de la production animale au détriment de la forêt pluviale tropicale.



Pour la première fois, la FAO publie une carte montrant les prévisions d’expansion des terres agricoles et des pâturages sur les forêts tropicales à l’horizon 2010. « La déforestation due à l’élevage extensif est une des principales causes de la perte de certaines espèces végétales et animales uniques dans les forêts ombrophiles d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud ainsi que d’émission de carbone dans l’atmosphère », a déclaré Henning Steinfeld, chef de la sous-division de l’information, de l’analyse sectorielle et des politiques en matière d’élevage à la FAO.

« Il faut trouver sans délais des variantes à la production animale extensive en Amérique latine. Prévoir les changements d’utilisation des terres dans les tropique peut aider les décideurs à mieux évaluer l’impact des différents scénarios et à élaborer des politiques de soutien de la conservation », a ajouté Henning Steinfeld.

La FAO estime que d’ici à 2010 le couvert forestier diminuera de 1,2 million d’hectares en Amérique centrale et de 18 millions d’hectares en Amérique du Sud. L’accroissement de l’élevage extensif est imputable essentiellement à la demande croissante de protéines animales.

La FAO estime que, d’ici à 2010, respectivement 62 et 69% des terres défrichées d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale seront converties en pâturages. La pression sera particulièrement forte en Equateur, en Guyane et au Venezuela (plus de 80%).

En Amérique centrale, l’essor des pâturages devrait concerner une part considérable du couvert forestier au Nicaragua et au Panama. Au nord-est du Nicaragua et au centre du Panama, c’est le couloir biologique méso-américain - troisième « point chaud » mondial de biodiversité en dimensions - qui pourrait être en péril.

La tendance d’expansion escomptée, avertit la FAO, pourrait représenter une grave menace pour certaines espèces forestières, par exemple l’acajou aux larges feuilles d’Equateur, du Pérou, de Bolivie et du Brésil. On prévoit une déforestation de grande envergure également dans les dernières forêts andines et dans la forêt secondaire du Brésil oriental.

La FAO recommande aux Etats d’adopter des pratiques agricoles propres à améliorer la durabilité tout en accroissant la productivité, car les pays ont la double exigence de renforcer le développement économique et la sécurité alimentaire. Les systèmes de production qui encouragent l’amélioration des pâturages et l’utilisation de banques de fourrages et de plantations d’arbres offrent de plus grands avantages socio-économiques, des possibilités de conservation de la biodiversité et des gains pour l’environnement à l’échelle locale et mondiale, à mesure qu’ils créent des réserves stables de carbone, selon la FAO.

(Source : www.fao.org)

Visiter le site de la FAO un site à connaître : ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE (aider à construire un monde libéré de la faim) http://www.fao.org/index_fr.htm